in ,

Que dit le dernier sondage sur la vie privée connectée des 18-34 ans français ?

Crédits : GoodFreePhotos

La multinationale Kaspersky Lab, spécialisée dans les antivirus, a récemment commandé un sondage annonçant que plus d’un quart des 18 à 34 ans préférait se passer de sexe plutôt que de leur mobile. En revanche, cela ne les empêche pas d’y stocker du contenu intime, de le partager, souvent en connaissance de cause !

La société internationale d’étude de marché YouGov a récemment effectué un sondage pour Kaspersky, comme le montre l’infographie visible en fin d’article. Celle-ci indique que 26 % des jeunes Français de 18-34 ans sont capables de renoncer aux pratiques sexuelles plutôt qu’à leur smartphone. L’enquête révèle également que 29 % des sondés ne parviennent pas à faire un choix, ce qui laisse seulement une part de 45 % d’individus déclarant préférer le sexe à leur téléphone, c’est-à-dire moins de la moitié !

Cela peut paraître étonnant, mais d’autres données sont encore plus surprenantes. En effet, 27 % des sondés ont déclaré avoir déjà partagé des photos intimes d’une partie de leur corps, 47 % ont affirmé en avoir déjà reçu de la part de leur partenaire, 19 % d’un inconnu et même 7 % de la part d’un collègue de travail !

En revanche, 92 % des interrogés reconnaissent que ce genre de pratique peut représenter un danger. En effet, 27 % d’entre eux craignent que leur contenu intime envoyé à un tiers puisse se retrouver un jour sur la toile, et 18 % craignent des tentatives de chantage. D’ailleurs, 29 % des interrogés ont déclaré avoir déjà aperçu une photo d’eux publiée sur Internet sans leur consentement.

Citons également le fait que 10 % des sondés ont des photos ou vidéos d’eux-mêmes – de type nu ou acte sexuel – sur leur propre appareil. Par ailleurs, 23 % des sondés ont déclaré ne pas protéger leur mobile par le biais d’un code PIN !

Voici l’infographie du sondage commandé par Kaspersky :

infographie sexe internet
Crédits : Kaspersky Lab

Sources : We DemainPhonandroidLes Numériques

Articles liés :

Réalité virtuelle : la fin des relations sexuelles authentiques ?

La « digisexualité » deviendra-t-elle une orientation sexuelle comme une autre ?

Des algorithmes peuvent déterminer votre genre en analysant votre façon de taper au clavier