in

Quatre nouvelles espèces de “requins marcheurs” découvertes

Crédits : Mark Erdmann

Une équipe de biologistes annonce avoir découvert quatre nouvelles espèces de requins marcheurs dans les eaux tropicales de l’archipel indo-australien.

Saviez-vous que certains requins pouvaient marcher sur leurs nageoires ? Jusqu’à présent, on ne dénombrait que cinq espèces capables de le faire. Néanmoins, ces poissons seraient en réalité plus nombreux qu’on ne le pensait. Quatre nouvelles espèces ont en effet été décrites au terme d’une étude menée sur douze ans dans les eaux tropicales de l’archipel indo-australien, entre l’Indonésie continentale et l’Australie. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Marine and Freshwater Research.

Des requins hautement adaptés

Rassurez-vous, ces requins qui marchent “ne représentent aucune menace pour les humains“, explique la biologiste Christine Dudgeon, de l’Université du Queensland en Australie. “En revanche, leur capacité à résister à des environnements pauvres en oxygène et à marcher sur leurs nageoires leur donne un avantage remarquable sur les petits crustacés et mollusques qui sont leurs proies favorites“.

Ces quatre espèces ont pu être isolées grâce à des analyses génétiques faites à partir d’échantillons de tissus prélevés sur des spécimens capturés vivants puis relâchés. Or, toutes appartiennent au genre Hemiscyllium. Cela suggère une fois de plus que ces poissons ont fait preuve d’une grande capacité d’adaptation.

Nous avons découvert que les requins marcheurs ne se sont séparés de leur ancêtre commun le plus proche qu’il y a environ neuf millions d’années et ils se sont activement répandus en neuf espèces depuis“, explique en effet Mark Erdmann, coauteur de l’étude. “Cela peut sembler très long. Cependant, il faut se rappeler que les requins gouvernent les océans depuis plus de 400 millions d’années. Cette découverte prouve ainsi une fois de plus que les requins modernes ont une incroyable capacité à s’adapter aux changements environnementaux“.

requins
L’un des nouveaux requins marcheurs découverts ici en pleine action. Crédits : Université du Queensland

Un écosystème fragile

En revanche; ces requins n’évoluent que dans une zone limitée. Celle-ci comprend le nord de l’Australie, la Nouvelle-Guinée et une poignée d’îles dans l’est de l’Indonésie. Cela les rend donc vulnérables aux perturbations humaines. Sur les neuf espèces de requins marcheurs actuellement décrites, trois sont déjà été ajoutées à la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UCIN).

Grâce à cette étude, les chercheurs seront plus à même de mettre en place des mesures de protection supplémentaires.

Articles liés :

L’acidification des océans abîme la peau des requins

Pourquoi ne voit-on jamais de grands requins blancs dans les aquariums ?

Des petits poissons morts le jour où les dinosaures ont disparu ont été retrouvés