in

Quand une “entreprise” du Darknet cherche à lever des fonds comme n’importe quelle autre société

Cosplay de Nick Fury, personnage de Marvel emblème de la plateforme Hydra Crédits : istolethetv / Wikipédia

Comme le ferait une start-up tout à fait légale, le plus grand marché russe du Darknet cherche aussi à lever des fonds. L’objectif ? Se développer et étendre ses activités en appliquant notamment un nouveau projet. Il est question d’un supermarché mondial et hypersécurisé où tout ce qui est illicite peut se vendre et s’échanger.

Business is business

Une histoire assez particulière a été racontée dans un article publié le 12 décembre 2019 par Coindesk, une plateforme spécialisée dans les cryptomonnaies. Celle-ci concerne Hydra, la plus importante et populaire “marketplace” russe du Darknet. Cette plateforme évidemment illégale fournit les Russes, mais également certains habitants des pays voisins en produits et autres services tout aussi illicites.

Or, même s’il s’agit d’une activité illégale, il est question d’un business et qui dit business dit développement. Il y a peu, Hydra a lancé une campagne afin de lever des fonds destinés à son propre développement. Cet appel a été motivé par un projet nommé Eternos, dont la nature fait plutôt froid dans le dos.

darknet
Crédits : SortaCore / Wikipédia

Un projet très ambitieux

Il faut savoir que la levée de fonds d’Hydra n’a pas la même nature que celle d’une start-up légale. En réalité, il s’agit d’une initial coin offering (ICO). Autrement dit, la levée de fonds est adossée à une cryptomonnaie. Hydra va émettre environ 1,5 million de tokens à cent dollars l’unité. Or, la somme d’argent récoltée représentera 49% de l’investissement nécessaire au développement du projet Eternos.

Le projet en question est décrit comme étant un genre de supermarché mondial et hypersécurisé sur le darknet. En somme, il s’agira d’un élargissement spectaculaire des activités d’Hydra dans le monde. Vente de drogues en tous genres, armes, faux passeports et bien d’autres seront donc davantage présents sur le Darknet. Or, Hydra est déjà une plateforme très importante, se vantant d’avoir trois millions de comptes utilisateurs et d’assurer environ 100 000 transactions journalières.

Une possible arnaque

Il faut également savoir qu’Hydra promet à ses investisseurs importants 0.00333333 % des revenus de la nouvelle plateforme. Autrement dit, chaque token acheté sera récompensé par le versement de 500 dollars mensuels, dans le cas des investisseurs en possédant au moins une centaine. Hydra pourrait bien avoir les moyens de ses ambitions, estimant qu’Eternos générera 15 millions de dollars par mois.

Toutefois, certains observateurs pensent qu’il s’agit possiblement d’une escroquerie. Selon eux, l’initial coin offering ne serait qu’un “exit scam”, c’est-à-dire une arnaque ultime destinée à dépouiller les plus crédules et s’envoler dans la nature avec une grosse somme d’argent.

Articles liés :

Démantèlement du plus gros site pédopornographique de l’histoire d’Internet

La BBC se met au dark web pour diffuser son contenu

Qu’est-ce que le Centre de lutte contre les criminalités numériques ?