in

Quand l’utilité du dentifrice ne fait pas vraiment l’unanimité

Crédits : PxHere

Fer de lance de notre hygiène bucco-dentaire, le dentifrice fait depuis longtemps l’objet d’une utilisation massive à l’échelle mondiale. Toutefois, ce produit peut être remis en question, et ce pour plusieurs raisons. En effet, certains spécialistes du sujet affirment que le dentifrice n’est pas essentiel.

Des effets limités en l’absence de fluorure

Il est généralement admis que le dentifrice contribue à l’hygiène bucco-dentaire de plusieurs façons. Il permet d’enlever plus facilement la plaque dentaire, d’éviter la mauvaise haleine et préviendrait les maladies des dents et des gencives, comme la gingivite. Toutefois, la question de son utilité réelle se pose et est relayée par le magazine The New Scientist ce 7 juillet 2021. Ce dernier a en effet interrogé trois professionnels du domaine de la dentisterie.

Stephen Johnson, dentiste dans l’Oregon (États-Unis), rappelle tout d’abord que les dentifrices ne contiennent pas forcément tous du fluorure. Ce minéral naturel continuerait à reminéraliser l’émail des dents. L’avantage des dentifrices peut alors se situer au niveau de leur abrasivité, facilitant l’élimination des tâches. Citons aussi la présence de tensioactifs ayant pour mission d’aider à décoller les biofilms – couche fine formée par des bactéries. Les dentifrices contiennent également des agents blanchissants et des modificateurs de texture. Ils intègrent aussi des arômes, leur permettant d’agir en tant que rafraîchisseurs d’haleine.

L’expert estime que si le fluorure est recherché par les utilisateurs, des vernis peuvent faire l’objet d’une application dans un cabinet dentaire. Il existe aussi des dentifrices à haut niveau de fluorure, qu’il est possible de se procurer sur ordonnance.

dentifrice
Crédits : stevepb / Pixnio

La brosse à dents est plus importante

Exerçant à Zandvoort (Pays-Bas), Tom Smits met plutôt l’accent sur la brosse à dents, qui serait l’élément le plus important. Selon le spécialiste, le dentifrice n’aurait qu’une utilité – hormis celle du fluorure -, à savoir le goût laissé en bouche après le brossage. Il s’avère que pour être nuisibles, les bactéries doivent se situer à au moins deux millimètres de profondeur. Or, les atteindre nécessite principalement l’utilisation d’une brosse à dents.

Geert Catteeuw est dentiste à Roosdaal (Belgique). L’intéressé affirme porter une prothèse dentaire complète et ne pas avoir utilisé de dentifrice depuis environ dix ans. Sa méthode implique seulement un brossage avec une brosse à poils durs et de l’eau. Toutefois, il utilise une brosse à poils souples pour brosser ses gencives. L’expert avoue que cette façon de faire est davantage chronophage mais il estime que le point positif est d’éviter les rejets de dentifrice dans les égouts.

Il faut dire qu’à l’instar des diverses crèmes de soin (et solaires), le dentifrice fait partie de ces produits néfastes pour les cours d’eau et les océans. Selon une étude de l’Université de Plymouth (Royaume-Uni) parue en 2015, ces produits sont fabriqués sans aucune considération pour les conséquences en termes de contamination de l’environnement.