in

Quand les cyclones tropicaux rendent les araignées plus agressives !

Crédits : Wikipedia

Des chercheurs de l’Université McMaster au Canada ont montré comment les cyclones tropicaux pouvaient favoriser la prolifération d’araignées plus agressives. Leur étude s’est concentrée sur une espèce particulière qui peuple la côte atlantique nord-américaine – et donc exposée au passage des ouragans.

Les cyclones tropicaux sont la source de nombreux dommages lorsqu’ils touchent terre. L’environnement et les constructions humaines sont alors durement impactés – avec un bilan humain qui peut s’avérer conséquent. Le coût financier de tels aléas s’élève parfois à plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Toutefois, il faut rappeler que les ouragans jouent un rôle de régulateur pour le système climatique. En effet, ils permettent d’évacuer une partie de la chaleur accumulée dans la couche supérieure de l’océan. Par ailleurs, ils apportent une fraction notable de l’eau nécessaire à la vie en région tropicale.

Influence des ouragans sur les araignées : une étude de cas

Ces tourbillons atmosphériques ont également des effets plus exotiques. Un papier paru le 19 août dans la revue Nature Ecology & Evolution montre par exemple qu’ils peuvent favoriser la prolifération d’araignées plus agressives.

ouragans araignées
De gauche à droite : Katia, Irma et José se déchaînent en 2017. Crédits : Wikimedia Commons.

Les chercheurs ont mené leur étude sur une espèce particulière d’aranéides : Anelosimus studiosus. Seules les femelles ont été prises en compte. On retrouve ces araignées le long de la côte atlantique mexicaine et états-unienne, près du golfe. Leurs colonies sont donc situées dans la ligne de mire des phénomènes tropicaux qui traversent irrégulièrement le bassin entre mai et septembre.

« Il est extrêmement important de comprendre les impacts de ces phénomènes météorologiques sur l’évolution et la sélection naturelle » appuie Jonathan N. Pruitt, co-auteur de l’étude. « À mesure que le niveau de la mer montera, l’incidence des tempêtes tropicales ne fera qu’augmenter. Maintenant plus que jamais, nous devons faire face aux impacts écologiques et évolutifs de ces tempêtes sur les non humains ».

Des individus plus agressifs

Pour estimer l’impact des cyclones tropicaux sur les colonies, les scientifiques ont échantillonné des sites avant puis après les tempêtes. Il fallait ainsi être capable de prévoir précisément et assez longtemps à l’avance où elles passeraient. Une fois comparé aux sites de contrôle, il a pu être démontré que l’altération de l’environnement suite aux perturbations météorologiques favorisait les individus au comportement agressif.

toile d'araignée
Crédits : Pixabay License.

L’agressivité des araignées fait référence à l’aptitude qu’elles ont à attaquer les proies ou à dévorer les mâles et les œufs par exemple. En fait, l’accentuation de ce trait après le passage des tempêtes relève de la simple sélection naturelle. Aussi, les aranéides qui le possèdent survivent mieux dans l’environnement post-cyclonique.

Ce dernier étant entre autres plus pauvre en nourriture et plus chaud – suite à la détérioration de la canopée. En bref, plus hostile. Dans de telles conditions, les individus plus dociles sont en grande partie décimés. « L’agressivité est transmise de génération en génération dans ces colonies, de mère à fille, et constitue un facteur majeur de leur survie et de leur capacité à se reproduire », précise Jonathan N. Pruitt.

Source

Articles liés :

Des araignées transformées en “zombies” par des guêpes

Quels sont les effets d’une éruption volcanique de grande ampleur sur les cyclones tropicaux ?

Découverte de fossiles d’araignées qui vivaient à l’époque des dinosaures