in

Psychologie : qu’est ce que le syndrome de Cotard ?

Crédits : Wikimedia Commons / Gianluca Ramalho Misiti

Être persuadé de ne plus avoir de bouche, se croire déjà mort ou encore que certains organes se soient transformés en pierre, voilà ce que peut penser un patient atteint du syndrome de Cotard lors de véritables délires hypocondriaques.

Le syndrome de Cotard est un syndrome délirant décrit pour la première fois en 1880 par Jules Cotard, neurologue français. Ce syndrome a été observé lors d’épisodes dépressifs appelés syndromes mélancoliques. Au début de l’année 2015, il y a eu un exemple très médiatisé de syndrome de Cotard : Haley Smith, une adolescente américaine de 17 ans, avait cru à sa propre mort durant trois longues années.

« Un jour, quand j’étais en cours d’anglais, j’ai eu cette sensation très étrange que j’étais morte et je n’arrivais pas à la faire partir. En rentrant chez moi, j’ai pensé à visiter un cimetière juste pour être proches d’autres qui étaient aussi morts » déclarait-elle pour le quotidien britannique Daily Mail.

Bouffées délirantes, négation de son propre corps, ou encore sentiment d’immortalité sont des composantes du syndrome de Cotard. Le point culminant d’un tel trouble semble être, pour un patient, l’impression d’être possédé par un démon et d’être en capacité de contaminer les autres, par exemple lors d’une brève rencontre, d’un échange de regard ou par le biais d’une simple pensée.

Le syndrome de Cotard a été longtemps considéré comme une mélancolie chronique, mais aujourd’hui, les thérapies antidépressives en viennent généralement à bout. Selon les spécialistes, ce trouble mental est susceptible d’apparaitre n’importe quand, bien qu’il soit habituellement observé chez des patients (souvent âgés) déjà atteints de troubles neurologiques ou de dépression. Cependant, un écossais victime d’un accident de moto en 1996 s’était vu diagnostiquer un syndrome de Cotard qui serait apparu après une grave blessure au crâne.

Voici une interview du psychanalyste franco-péruvien German Arce Ross réalisée le 21 janvier 2015 par Le Nouvel Observateur, en réaction à l’affaire Haley Smith :

Sources : Daily MailPsychologiesMetronewsMaxi Sciences

Notez cet article