in

Le projet Lidar HD de l’IGN pour une nouvelle carte 3D de la France

carte LIDAR France 2
Crédits : IGN

Proposer une nouvelle cartographie 3D du territoire français à l’aide de la technologie LIDAR, tel est le nouveau projet de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN). Selon les responsables du projet, il s’agira de la description 3D la plus fine jamais établie à l’échelle de la France entière.

Un modèle topographique géant de la France

Le LIDAR (LIght Detection And Ranging) ou télédétection par laser revient de temps à autre dans les médias. En 2019, des chercheurs ont mis au jour de nombreuses anciennes fortifications mayas au Guatemala grâce à cette technologie. En 2020, d’autres scientifiques ont découvert un vaste réseau de villages anciens en Amazonie. Le LIDAR pourrait également aider les forces de police à retrouver les victimes de meurtre. Évoquons aussi le géant Apple, ayant annoncé l’intégration de cette technologie dans l’iPhone 12 Pro.

Dans une récente publication, l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) a quant à lui détaillé son nouveau projet de cartographie faisant appel au LIDAR. Ce projet LIDAR HD consiste à mettre au point un modèle topographique géant du territoire français, autrement dit une nouvelle cartographie 3D très précise. Des avions transportant des capteurs survolent le territoire afin de permettre l’élaboration progressive de cette carte, dont la finalisation devrait intervenir dans cinq ans. Les données font l’objet d’un traitement et d’une validation après collecte et l’IGN met régulièrement à jour cette progression sur son site.

carte LIDAR france
Crédits : IGN

Trois pétaoctets de données LIDAR

« Les nuages de points 3D acquis dans le cadre du programme LIDAR HD sont d’abord classifiés en plusieurs classes (sol, eau, végétation, bâtiments, ponts, sursol pérenne), puis donnent lieu à la production de MNT (modèles numériques de terrain), MNS (modèles numériques de surface) et MNH (modèles numériques de hauteur) », peut-on lire dans la publication de l’IGN.

Concrètement, pas moins de 7 000 heures de vol seront nécessaires pour une collecte de dix points par mètre carré en moyenne. Cette précision est plutôt conséquente puisqu’il s’agit ici de LIDAR dit de « haute densité ». Au total, les données de cette carte pèseront pas moins de trois pétaoctets (Po). Pour l’IGN, ce projet représente un véritable travail de fourmi, un chantier d’une ampleur inédite.

Pour l’Institut, LIDAR HD répond aux besoins d’observation et d’analyse spatiale dans de nombreux domaines de l’action publique. Citons notamment la prévention des risques naturels, l’observation de la ressource forestière ainsi que l’aménagement du territoire. Évoquons également la gestion des parcelles agricoles, la sécurité intérieure ou encore la transition énergétique.