in

Projet Kuiper : Amazon lancera ses premiers satellites Internet en 2022

Illustration d'une fusée RS1 d'ABL Space System avec les prototypes de satellites d'Amazon à bord. Crédits : Systèmes spatiaux ABL

En concurrence principalement avec SpaceX et OneWeb, Amazon s’appuiera sur de petites fusées pour envoyer les deux premiers prototypes de sa constellation de satellites Kuiper dans l’espace dès l’année prochaine.

Depuis quelques années, SpaceX développe son projet Starlink, visant à fournir une connectivité Internet à large bande depuis l’espace, avec déjà plus de 1700 satellites actifs. La société d’Elon Musk n’est toutefois pas la seule entreprise à viser Internet depuis l’espace. Amazon est également sur le coup avec son projet Kuiper. Alors que la constellation Starlink vise à déployer au moins 12 000 satellites en orbite, celle d’Amazon prévoit d’en libérer 3236 au cours de la prochaine décennie afin de fournir une couverture Internet haut débit à faible latence.

Un premier lancement dès l’année prochaine

Amazon prévoit de lancer ses deux premiers prototypes au quatrième trimestre 2022. Appelés KuiperSat-1 et KuiperSat-2, ces deux satellites seront lancés sur une nouvelle fusée expérimentale appelée RS1, actuellement développée par la startup ABL Space Systems, basée en Californie. Tous deux se positionneront à 590 kilomètres au-dessus de la Terre. Ils seront désorbités pour brûler dans l’atmosphère une fois tous les tests terminés.

Jusqu’à présent, Kuiper n’a effectué des tests que sur le terrain avec ses terminaux utilisateurs, affirmant obtenir des vitesses de débit maximales allant jusqu’à 400 Mbps. Le programme bêta de Starlink propose quant à lui pour le moment des vitesses de téléchargement allant jusqu’à 100 Mbps et 200 Mbps.

La société a par ailleurs déclaré qu’elle « travaillait avec des astronomes et d’autres acteurs de l’industrie pour réduire la visibilité des satellites du système Kuiper« .

Les astronomes ont en effet déjà fait part de leurs inquiétudes sur l’impact de ces constellations sur les observations du ciel nocturne à l’avenir. Pour aider à atténuer la luminosité de ses satellites, Kuiper proposera un pare-soleil sur l’un des deux prototypes pour réduire sa capacité à réfléchir la lumière du Soleil.

« Nous collecterons des données pour comparer la réflectivité entre les deux vaisseaux spatiaux et partagerons tout apprentissage avec la communauté astronomique après la mission« , peut-on lire dans un article de blog. SpaceX a également lancé plus de 1 000 de ses satellites avec ce type de pare-soleil.

constellations satellites
Un groupe de 25 satellites Starlink traversant le champ de vision d’un télescope de l’observatoire Lowell en Arizona. Crédits : Victoria Girgis/Observatoire Lowell

Un lanceur qui n’a encore jamais volé

Le choix d’Amazon de faire voler ses deux premiers prototypes sur la fusée RS1 d’ABL est par ailleurs inattendu. En avril dernier, la société avait en effet déclaré que les premiers satellites du projet seraient lancés sur des fusées Atlas V, de United Launch Alliance (ULA). Ces lanceurs sont des poids lourds de l’aérospatial avec plusieurs lancements très importants à leur actif, dont les missions New Horizons, Juno, Insight ou encore Mars 2020 et son rover Perseverance.

ABL n’a pour sa part encore lancé aucune de ses fusées. Un premier lancement d’essai avec le RS1 serait prévu avant la fin de l’année. À terme, cette fusée aura une capacité de levage d’environ 1,5 tonne en orbite terrestre basse pour un coût d’environ douze millions de dollars par vol. Un porte-parole d’Amazon a confirmé que cette fusée était plus appropriée pour le lancement de ces deux premiers satellites. En revanche, le projet Kuiper prévoit bel et bien de s’appuyer sur les fusées Atlas V pour déployer la constellation complète.