in

Un projet immense de turbine-éolienne habitable au cœur de Rotterdam

Crédits : dutchwindwheel.com

Elle s’appelle « The Dutch Windwheel ». Un édifice de 174 mètres de haut comportant des appartements, un hôtel, des boutiques, et intégrant surtout un générateur d’énergie transformant le vent en électricité sans pièces mécaniques en mouvement.

C’est l’idée qui est proposée par Lennart Graaff pour la ville de Rotterdam, aux Pays-Bas. Encore au stade de projet, la « roue à vent » dessinée par l’architecte Duzan Doepel sera dotée de 72 appartements, d’un hôtel de 160 chambres et de boutiques. Elle deviendra également une véritable attraction touristique puisqu’elle offrira des visites guidées par hologrammes dans des cabines de verre glissant sur un rail à plus de 100 mètres de hauteur, présentant ainsi une vue panoramique sans égale sur la ville et la mer.

Mais la singularité de l’édifice réside dans son ingéniosité technologique, car il produira sa propre électricité, et ce, de manière écologique. L’énergie sera créée par une gigantesque turbine. En réalité, il s’agit d’un tout nouveau genre d’éolienne basée sur la technologie Ewicon (Electrostatic Wind Energy Converter). En effet, celle-ci n’utilise aucun rotor, ni aucune autre pièce mécanique en mouvement, permettant ainsi de produire de l’électricité silencieusement.

Des panneaux photovoltaïques seront également installés pour produire de l’énergie grâce aux rayonnements solaires. La turbine intégrera enfin un système de récupération des eaux de pluie pour sa consommation d’eau, ainsi qu’un dispositif de recyclage des eaux usées produisant du Biogaz.

« Notre objectif est de développer un bâtiment qui génère plus d’énergie qu’il n’en utilise« , explique Lennart Graaff.

Schéma de gauche : fonctionnement de la turbine / Schéma de droite : récupération des eaux de pluie. © The Dutch Windwheel
Schéma de gauche : fonctionnement de la turbine / Schéma de droite : récupération des eaux de pluie.
Crédits : dutchwindwheel.com

Une première prévision pour 2022

La technologie ne donne actuellement pas assez d’énergie pour rendre le bâtiment autonome, mais L. Graaff estime que le dispositif sera rendu compétitif face aux éoliennes classiques d’ici 3-4 ans, grâce aux travaux de recherche. De plus, « nous ne savons pas encore quelles innovations vont être définitivement appliquées », ajoute le directeur du projet. Son équipe est encore en discussion avec la municipalité et des entreprises high-tech et d’énergie pour savoir si le projet est viable et combien celui-ci coûtera.

D’après les premières estimations, la construction de la Dutch Windwheel pourrait commencer en 2018 et se terminer vers 2022.

Source : Le Vif

— Illustration principale : Crédit The Dutch Windwheel