in

Un projet étonnant prévoit de faire vivre la population dans une “ville-globe flottante”

Crédits : Wokandapix / Pixabay

La firme de construction japonaise Shimizu vient d’imaginer un projet futuriste de ville globe-flottante baptisée Atlantis. Pouvant accueillir jusqu’à 5 000 personnes, la construction pourrait être une alternative à la colonisation de l’espace.

Et si nous vivions à 20 000 lieues sous les mers au lieu de lever nos yeux vers le ciel ? C’est l’ambition d’une entreprise de construction japonaise avec son projet de « ville-globe flottante ». Sorte d’Atlantide des temps modernes, la ville pourrait accueillir quelque 4 000 résidents et 1 000 visiteurs qui vivraient et travailleraient à l’intérieur de ce globe de béton.

La sphère immergée à 90 % abriterait des hôtels, des complexes résidentiels, des bureaux, des sites de recherche et des centres commerciaux. Par mauvais temps, en descendant le long de l’axe central, une gigantesque structure hélicoïdale de 600 mètres de diamètre qui s’enfoncerait jusqu’à 4 000 mètres de profondeur.

L’énergie de l’ensemble serait obtenue en utilisant des micro-organismes appelés « méthanogènes », qui permettraient de convertir en méthane le dioxyde de carbone (CO2) capturé à la surface. De l’énergie additionnelle serait en outre produite par différentiel thermique entre le fond et la surface de l’océan.

Les ingénieurs ont annoncé que les technologies utiles à sa mise en œuvre pourraient être prêtes dès 2030. Le projet aurait un coût total de 20 milliards d’euros. « Nous avons passé deux ans à concevoir le projet avec des technologies que nous imaginons plausibles à l’avenir », a expliqué un porte-parole de Shimizu.

Shimizu Corporation continue d’étonner dans le domaine des projets futuristes. Le géant du BTP a déjà présenté un projet de ville flottante et un projet de base lunaire, pour le moins réalistes.

Le projet a déjà créé la polémique chez les écologistes qui craignent que cette avancée technologique n’accélère la dégradation de nos océans, déjà touchés par l’activité humaine.