in

Un programme lancé après le 11 septembre 2001 traite les traumatismes en lien avec la guerre en Ukraine

guerre ukaine
Crédits : Ministry of Defense of Ukraine / Wikimedia Commons

Deux spécialistes galloises en psychologie ont récemment testé un genre de thérapie développé après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis. L’objectif ? Traiter les effets psychologiques traumatisants de la guerre en Ukraine.

Traiter les symptômes de stress post-traumatique

Les troubles du stress post-traumatique (TSPT) sont des troubles psychiatriques survenant après un ou des événements traumatisants. Les personnes touchées ressentent alors une souffrance morale ainsi que des complications physiques pouvant altérer de manière profonde et durable leur vie personnelle, sociale et professionnelle. Au rayon des traitements, nous retrouvons les thérapies et certaines sont encore expérimentales, comme celles se basant notamment sur la réalité virtuelle ou encore le célèbre jeu Tetris.

Dans un article du 19 avril 2022, la BBC s’est intéressée aux travaux de Lisa de Rijk et Rhian Price, deux docteurs galloises spécialistes d’un traitement développé aux États-Unis à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Or, le duo a récemment décidé d’apporter son aide à l’Ukraine, plus précisément à des thérapeutes locaux dans le but de traiter les symptômes de stress post-traumatique. « Nous voulions montrer qu’il était possible de donner de nouvelles compétences aux habitants d’un pays déchiré par la guerre, que c’est efficace et que cela peut se faire sans argent, avec des bénévoles dévoués », a déclaré Lisa de Rijk.

guerre ukaine
Crédits : Drazen Zigic / iStock

Une trentaine de thérapeutes formés en Ukraine

Le duo a réuni une équipe de onze spécialistes provenant du Royaume-Uni, de Pologne et des États-Unis ayant reçu une formation sur le fameux traitement prenant le nom de Reconsolidation of Traumatic Memories (ou RTM), effectif depuis 2019. Il s’agit ici de diminuer la fréquence des cauchemars et flashbacks des personnes en séparant les traumas des souvenirs au moyen d’une reconstruction des faits dans une version toutefois moins violente. Durant trois jours, les onze spécialistes ont formé de manière intensive pas moins de 28 thérapeutes ukrainiens.

Or, il s’agissait dans un premier temps d’aider ces thérapeutes ukrainiens à se détacher de leur état de choc émotionnel en raison de la guerre. À terme, la formation leur a permis à la fois de retrouver leur identité de professionnels et de reprendre goût au travail avec le but d’aider leurs compatriotes. Certains spécialistes ont d’ailleurs déjà commencé à apporter leur aide, notamment dans l’est du pays où l’expérience de la guerre est sans conteste la plus traumatisante. Les formateurs ont souligné la satisfaction d’avoir pu transmettre leur savoir alors que la guerre est toujours en cours.