in

Le mystérieux problème de données de Voyager 1 (partiellement) résolu

Crédits : Nasa

Lancée il y a plus de quarante-cinq ans, la sonde Voyager 1 commençait à renvoyer des données de télémétrie invalides à partir de son système de contrôle d’attitude il y a quelques mois. Depuis, les ingénieurs travaillaient sur le problème pour tenter de déterminer les raisons de ce comportement. Finalement, tout est rentré dans l’ordre.

Malgré près d’un demi-siècle de service, la sonde Voyager 1 renvoie toujours des données prélevées dans son environnement interstellaire, filant à plus de dix-sept kilomètres par seconde. Au mois de mai dernier, le système d’articulation et de contrôle d’attitude de la sonde (AACS), qui maintient l’antenne de Voyager 1 pointée vers la Terre, a cependant commencé à envoyer des informations erronées sur son état de santé et ses activités aux contrôleurs de mission, bien qu’elle semblait fonctionner normalement. Le reste de la sonde semblait également en bonne santé, collectant et renvoyant des données scientifiques vers les équipes au sol.

Au cours de ces derniers mois, les équipes ont donc cherché à localiser la source du problème. C’est désormais chose faite. D’après un nouveau rapport, l’AACS avait commencé à envoyer les données de télémétrie via un ordinateur de bord ayant cessé de fonctionner il y a des années. Cet ordinateur a ainsi corrompu les informations. Pour tenter de régler le problème, Suzanne Dodd et son équipe, du projet de Voyager, ont ordonné à l’AACS de reprendre l’envoi des données vers le bon ordinateur.

L’équipe ignore encore pourquoi l’AACS a commencé à transmettre les données de télémétrie vers le mauvais ordinateur. Il a probablement reçu une commande erronée générée par un autre ordinateur de bord. Si tel est le cas, il pourrait donc y avoir une autre anomalie ailleurs. Les ingénieurs continueront d’étudier cet éventuel problème sous-jacent. Cependant, ils ne pensent pas qu’il s’agisse d’une menace pour la santé à long terme de Voyager 1.

« Nous sommes heureux de retrouver la télémétrie« , a déclaré Suzanne Dodd. « Nous ferons une lecture complète de la mémoire de l’AACS et examinerons tout ce qu’il a fait. Cela nous aidera à essayer de diagnostiquer le problème qui a causé le problème de télémétrie en premier lieu. Nous sommes donc prudemment optimistes, mais nous avons encore plus d’investigation à faire. »

Voyager 1
Une illustration de la sonde Voyager 1. Crédits : NASA/JPL-Caltech

Voyager 2 se comporte quant à lui normalement. Les réserves de leurs générateurs thermoélectriques radio-isotopes (RTG), alimentés au plutonium, devraient permettre aux deux sondes de fonctionner au moins jusqu’en 2025. Après quoi, elles vogueront seules dans l’espace interstellaire. Et un jour, peut-être seront-elles capturées par un autre système stellaire.