in

En prison, ils rivalisent d’inventivité pour créer des machines à tatouer

Crédits iStock

Derrière les barreaux, certains prisonniers manquent de tout. Néanmoins, cela n’empêche pas certains d’entre eux de mettre au point des machines à tatouer réalisées avec le peu de matériel dont ils disposent. Loin d’être un simple loisir créatif, il s’agit pour ces prisonniers d’un business bien rodé, menant parfois à des compétitions entre détenus pour faire le meilleur tatouage et rivaliser de dextérité et de créativité. Et croyez-le ou non, mais créer ses outils pour bien tatouer peut être moins compliqué qu’on ne le croit comme on le voit dans la vidéo !

Victor “Versus” Sandifer est un homme qui tatoue en prison et il utilise plusieurs types de machines à tatouer comme celle qu’on voit sur les images : « pour travailler les ombres, vous utilisez un walkman qui lit les cassettes, le moteur est plus lent et fait moins de tours par minute. Pour travailler les lignes, vous utilisez le moteur d’un lecteur de cd portable, il fait plus de tours par minutes.« 

Le plus surprenant dans l’histoire, c’est que les infections sont rares en prison. Leon Kingsley, un autre tatoueur en prison estime que « le tatoueur sait ce qu’il fait, c’est sa manière de gagner de l’argent« .

Sources : BusinessInsider & SanAntonioCurrent