in

Des fossiles de bactéries vieilles de 2,5 milliards d’années ont été retrouvés

Crédits : Andrew Czaja, UC assistant professor of geology

Une équipe de géologues annonce la découverte de bactéries fossilisées en Afrique du Sud. Vieilles de 2,52 milliards d’années, elles seraient ainsi apparues bien avant l’avènement de l’oxygène dans l’atmosphère.

Sous une couche de roche dure et riche en silice dans Le craton du Kaapvaa dont le centre se trouve dans la province du Limpopo en Afrique du Sud, des géologues ont retrouvé des microstructures qui seraient vraisemblablement d’anciennes bactéries fossilisées vieilles de 2,52 milliards d’années. Une découverte importante qui lève le voile sur la diversité de la vie et des écosystèmes qui subsistaient avant la Grande Oxydation, une crise écologique survenue il y a 2,4 milliards d’années dans les océans et l’atmosphère terrestre.

Les preuves de ces formes de vie sont rares et donc exceptionnelles. Présentée dans la revue Geology de la Geological Society of America, l’étude menée par le géologue Andrew Czaja de l’Université de Cincinnati suggère que ces microfossiles sont très probablement ceux de microbes se nourrissant de soufre, l’oxygène n’étant pas encore présent à l’époque faute d’algues pour le synthétiser. À l’époque, les niveaux d’oxygène dans l’atmosphère représentaient moins d’un millième de 1 % de ce qu’ils sont aujourd’hui). Ce sont de véritables vestiges des temps anciens qui sont décrits par le chercheur comme « exceptionnellement grands, de forme sphérique, aux parois lisses et beaucoup plus grands que la plupart des bactéries modernes ».

« Ces fossiles représentent les plus anciens organismes connus vivants en eau profonde très sombre », explique Andrew Czaja. « Ces bactéries existaient deux milliards d’années avant que les plantes et les arbres n’évoluent il y a environ 450 millions d’années ».

Pour celles et ceux qui auraient manqué ce chapitre de l’Histoire, la Grande Oxydation, survenue il y a 2,4 milliards d’années, décrit une période critique dans l’histoire précoce de la Terre où la population mondiale des cyanobactéries, des organismes photosynthétiques comme ceux à l’origine des stromatolites, serait devenue suffisamment nombreuse pour libérer de grandes quantités d’oxygène dans les océans. Ces derniers contenaient alors beaucoup de fer en solution et celui-ci a naturellement réagi avec l’oxygène qui s’est ensuite accumulé dans l’atmosphère pour la première fois.

Cette période est également reconnue pour avoir couvé la première extinction de masse de la Terre. Les océans étaient en effet remplis de ces bactéries qui métabolisaient leur nourriture sans avoir besoin d’oxygène ou de la lumière du soleil. La Grande Oxydation en cours, ces bactéries se sont alors mises à « respirer » du poison avant de tomber comme des mouches.

En raison du manque de preuves directes datant de l’époque, on ne sait toujours pas encore comment ni quand exactement ces bactéries sont apparues, mais ces microfossiles sont donnent un bel aperçu de ce à quoi ces formes de vie primitives ressemblaient il y a au moins 2,52 milliards d’années. Une découverte qui redonne également l’espoir de trouver un jour des formes de vie simples sur des planètes où l’oxygène se fait rare.

Source