in

En état végétatif depuis quinze ans, un patient retrouve des signes de conscience

Crédits : iStock

Des chercheurs français ont annoncé ce lundi qu’une technique de stimulation nerveuse pourrait avoir augmenté l’état de conscience d’un homme âgé de 35 ans se trouvant dans un état végétatif depuis une quinzaine d’années.

Contrairement à un coma, dans lequel une personne est endormie et ne répond pas, un patient dans un état végétatif est éveillé, mais ne montre aucun signe de conscience ou de fonction cognitive bien qu’ils puissent avoir des réflexes basiques (comme le fait de pouvoir cligner des yeux). Il arrive parfois que certains patients passent d’un état végétatif complet à ce que l’on appelle un état de conscience minimale (MCS). Ils ont alors conscience de leur entourage. Mais lorsqu’une personne est plongée dans un état végétatif pendant plus de douze mois après une lésion cérébrale traumatique, les médecins estiment qu’il n’y a plus d’espoir de retour à un état normal de conscience. D’où l’importance de cette nouvelle.

Cette étude passionnante, dont les résultats ont été publiés dans la revue Current Biology, pourrait ouvrir la voie à de nouveaux traitements pour des patients présentant des blessures similaires. Après un mois de stimulation nerveuse, ce patient plongé dans un état végétatif depuis quinze ans suite à un grave accident de voiture a en effet « montré des améliorations significatives dans l’attention, le mouvement et l’activité cérébrale ». Il a notamment « commencé à répondre à des demandes simples telles que suivre un objet avec ses yeux et tourner la tête ». Il a également semblé « plus alerte et capable de rester éveillé lorsque son thérapeute lui lisait un livre », mais a aussi « réagi à des stimuli menaçants ouvrant les yeux en grand quand un examinateur plaçait soudainement son visage sur le sien ». Par ailleurs, les résultats de l’EEG et d’un PET scan ont confirmé qu’il y avait une activité constante et soutenue dans certaines parties du cerveau considérées comme des marqueurs de la conscience.

Corazzol and Lio et al., Current Biology (2017)

Le traitement consiste ici à utiliser un implant thoracique pour envoyer des impulsions électriques dans le nerf vague (ou nerf pneumogastrique) qui relie le cerveau à d’autres organes majeurs du corps. « La plasticité cérébrale et la réparation du cerveau sont possibles même lorsque l’espoir semble avoir disparu », explique Angela Sirigu, chercheuse à l’Institut des sciences cognitives Marc Jeannerod de Lyon. « Il est possible d’améliorer la présence d’un patient dans le monde qui l’entoure ». Notons que le patient n’a pas retrouvé son état de conscience initial, mais est passé d’un état végétatif à un « état de conscience minimale ».

Comme l’écrit l’équipe dans son rapport, ces résultats uniques contredisent directement l’hypothèse générale selon laquelle passer douze mois ou plus dans un état végétatif rend l’état irréversible. Il faudra néanmoins rester prudent sur ces résultats jusqu’à ce que ces derniers soient reproduits chez plus de patients.

Source