in ,

C’est quoi ces colonnes de lumière qui ont illuminé le ciel canadien ?

Exemple de colonnes de lumière qui se sont produites dans l'état du Wyoming (États-Unis) en janvier 2013 Crédits : Wikimedia Commons

Ce phénomène aussi beau qu’étonnant est en réalité une illusion d’optique qui se produit par un temps très froid et en présence d’une source lumineuse. Comment se produit un tel phénomène ?

Le 17 janvier 2018, la chaine de télévision canadienne Channel 13 a communiqué sur un phénomène étrange mais pourtant bien connu : les colonnes de lumière ou en anglais « light pillars » (piliers de lumière). Le court extrait visible en fin d’article montre ce type de colonnes qui se sont produites dans la ville de Moncton, dans la province du Nouveau-Brunswick (est du Canada) bien que des phénomènes similaires ont également été observés dans l’Ontario.

Les colonnes lumineuses font partie tout comme les aurores boréales et les arcs-en-ciel des photométéores, un terme désignant « un phénomène optique de l’atmosphère, engendré par réflexion, réfraction, diffraction ou interférences de la lumière solaire ou lunaire » selon Météo France.

Comment un tel phénomène se produit-il ? Pour le comprendre, il faut lorgner du côté des cristaux de glace en suspension dans l’air lorsque le climat est très froid, que l’on nomme « poudrin de glace » en météorologie. En combinant une température avoisinant les -20°C, un ciel dégagé et une absence de vent, les cristaux de glace sont susceptibles de s’aligner sur un plan proche de l’horizontale et former un empilement vertical. Ainsi, ces derniers agissent tels des miroirs qui réfléchissent la lumière de façon massive.

Mais de quelle lumière parlons-nous ? La source lumineuse peut provenir du soleil ou de la lune lorsque ceux-ci sont bas, pratiquement sur l’horizon. En revanche, les colonnes de lumières peuvent également apparaitre en cas de pollution lumineuse présente durant la nuit dans les villes, celle-ci généralement caractérisées par l’éclairage urbain ou encore les phares des automobiles.

Sources : Sciences et Avenir – Huffington Post