in ,

Prévenir les pandémies futures permettrait de faire d’importantes économies !

Crédits : mmmCCC / Pixabay

Des chercheurs estiment que si l’humanité ne modifie pas ses modes de vie, l’actuelle crise sanitaire ne sera pas la dernière. Si rien ne change prochainement, les pandémies devraient même se multiplier ! Existe-t-il des solutions pour inverser la tendance ?

De nouvelles pandémies dans le futur

L’actuelle crise de la Covid-19 témoigne-t-elle d’une nouvelle ère où les pandémies feront la loi ? Possible, selon un nouveau rapport publié le 29 octobre 2020 par la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES). Pour l’élaboration de leur rapport, les chercheurs ont passé en revue pas moins de 700 études scientifiques. Selon les résultats, il y aurait 1,7 million de virus inconnus actuellement présents chez les mammifères et les oiseaux. Parmi ces virus, entre 631 000 et 827 000 pourraient avoir la capacité d’infecter les êtres humains.

Les auteurs rappellent que la crise actuelle concerne la sixième pandémie depuis la grippe espagnole de 1918. De plus, son émergence est entièrement le fait des activités humaines malgré son origine animale. Ainsi, le problème n’est autre que nos modes de vie. Les chercheurs expliquent que l’humanité devrait revoir sa copie, sous peine de voir apparaître d’autres pandémies. Celles-ci seront d’ailleurs plus fréquentes, se propageront plus rapidement et tueront davantage de personnes que l’actuel coronavirus.

Une pandémie qui coûte cher

Parmi les causes, nous retrouvons l’expansion et l’intensification de l’agriculture. Citons également le commerce, la production et la consommation non durables, perturbant la Nature. Le principal risque concerne l’augmentation des contacts entre la faune sauvage, le bétail, les agents pathogènes et les humains. Les experts de l’IPBES rappellent également que les pandémies sont traitées dans l’urgence par les différents gouvernements. Dans la mesure ou ces crises sont mondiales et tuent, il devient alors impératif de les prévenir.

Tenter de régler une pandémie après son arrivée – notamment en menant des recherches sur les vaccins – serait une voie lente et incertaine causant des souffrances humaines et coûtant énormément d’argent. Selon les chercheurs, le coût de la pandémie de Covid-19 dans le monde se situerait entre 8 000 et 16 000 milliards de dollars jusqu’en juillet 2020. Ce coût pourrait être de 16 000 milliards de dollars rien qu’aux États-Unis d’ici le quatrième trimestre de 2021.

agriculture intensive blé
Crédits : iStock

Prévenir plutôt que guérir

Prévenir les pandémies serait donc beaucoup plus économique que de les traiter en urgence. Pour les auteurs du rapport, le coût de la prévention et de la réduction des risques de pandémies serait cent fois moins élevé que le coût de la réponse à de telles crises. Parmi les solutions évoquées, citons la mise en place d’un conseil intergouvernemental sur la prévention des pandémies. Il s’agirait aussi de réduire l’expansion agricole dans le monde, ainsi que le commerce international. Ceci passerait inévitablement par la création de lois et de taxes.

L’objectif ultime est de diminuer les activités humaines entraînant la perte de biodiversité. Ceci permettrait d’éviter l’augmentation des risques de contacts entre les humains, le bétail et les animaux sauvages. En évitant cela, les risques de pandémie pourraient alors être réduits de façon considérable.