in

C’est la preuve la plus septentrionale de présence humaine au Paléolithique

Crédits : Innokenty Pavlov et d'Alexander Kandyba

D’anciennes marques de coupe sur des os d’un mammouth sur une île éloignée retrouvée au nord de la Sibérie sont les preuves les plus septentrionales d’activités humaines au Paléolithique jamais découvertes, selon une étude.

Une découverte fascinante

Les ossements sont ceux d’un mammouth laineux mort il y a environ 26 000 ans. Ils ont été fouillés il y a quelques mois par des scientifiques russes en expédition sur l’île de Kotelny, à environ 250 km au large de la côte nord de la Sibérie orientale. Pour vous situer, nous sommes à 990 kilomètres au nord du cercle polaire. Sur ce squelette, dont les deux tiers ont été reconstitués, les chercheurs ont pu isoler plusieurs marques de coupe et des encoches faites par des outils en pierre ou en os. Ces traces suggèrent que l’animal a été volontairement abattu.

Selon le chef d’expédition Alexander Kandyba, archéologue à l’Institut d’archéologie et d’ethnographie de l’Académie des sciences de Russie, ces découvertes marquent les preuves les plus septentrionales de présence humaine au Paléolithique. Avant cela, les traces humaines de l’âge de pierre les plus au nord jamais isolées provenaient de la vallée de la rivière Yana, toujours en Sibérie, environ 600 kilomètres plus bas. Elles ont été datées à environ 29 000 ans.

Cela suggère que la frontière nord de l’existence humaine dans le Pléistocène (entre 2,6 millions et 11 700 ans) était bien au nord des idées généralement acceptées“, souligne le chercheur.

mammouth
Crédits : Innokenty Pavlov et d’Alexander Kandyba

Pas de piège

Au moment où le mammouth a été tué, le niveau de la mer était plus bas et l’île de Kotelny a donc été rattachée au continent. Le climat était également plus doux (autour de 0°C tout de même pendant une partie de l’année). Sur place, l’équipe n’a trouvé aucun des outils susceptibles d’avoir travaillé ces ossements. En revanche, la présence de “copeaux d’ivoire” suggère que des humains ont sculpté les défenses de l’animal.

D’après ces travaux, toujours en cours de préparation pour publication dans une revue scientifique, il semblerait également que ce mammouth en particulier n’ait pas été piégé avant d’être tué. Nous savons en effet que nos ancêtres s’appuyaient parfois sur des fosses naturelles, notamment en Asie et en Europe, et même parfois sur des pièges artificiels pour neutraliser leurs proies, en témoigne une découverte récente au Mexique. Ici, “le fait que le squelette soit situé sur le versant d’une ancienne terrasse suggère que l’animal a bien été abattu à l’air libre, et non dans un piège à boue“, conclut Alexander Kandyba.