in

Près de 100 nouvelles exoplanètes découvertes par Kepler

Crédits : Wikimedia Commons / ESO/M. Kornmesse

Une équipe internationale d’astronomes confirme la détection de 95 nouvelles exoplanètes dans le cadre de la mission K2 de Kepler. La découverte porte le nombre total de nouvelles exoplanètes dénichées avec la mission K2 à près de 300.

Après avoir souffert d’un dysfonctionnement majeur il y a cinq ans, le télescope spatial Kepler – remanié depuis – continue de balayer le cosmos à la recherche de signes de mondes lointains. Une équipe internationale d’astronomes publie aujourd’hui les résultats de son dernier sondage, confirmant l’existence de près de 100 nouvelles exoplanètes.

Retour en 2013 : une défaillance mécanique met en péril la mission Kepler. Les chercheurs ont néanmoins réussi à sauver la mission en changeant périodiquement de champ de vision. Plus précisément, les propulseurs de Kepler sont maintenant déclenchés environ une fois toutes les six heures, ce qui permet au satellite de maintenir son équilibre contre le rayonnement solaire. Ce n’est pas une solution parfaite, car elle ne peut pointer son objectif vers un endroit spécifique de l’espace que pendant environ 83 jours, avant de devoir détourner le regard pour empêcher la lumière du Soleil d’interférer avec ses opérations. Mais au moins cela fonctionne : le télescope continue d’extraire des informations extrêmement précieuses. En témoigne cette énième découverte.

Kepler effectue ses recherches de planètes en décelant de minuscules creux dans la luminosité d’une étoile, suggérant le passage d’une planète en orbite devant elle. Il s’agit là de la méthode du transit. Les astronomes doivent ensuite valider ou non ces baisses de luminosité, et prouver qu’elles sont réellement causées par des exoplanètes, et non par d’autres sources tels que des astéroïdes proches, un nuage de gaz et de poussière ou encore une interférence mécanique causée par l’homme.

Pour cette nouvelle fournée, une équipe internationale dirigée par Andrew Mayo, de l’Institut national de l’espace de l’Université technique du Danemark, a examiné 275 candidates exoplanètes, validant 149 d’entre elles. Parmi celles-ci, 95 sont des planètes confirmées. D’autres études seront nécessaires déterminer si les autres en sont ou non. L’une des planètes nouvellement détectées se trouverait par ailleurs en orbite autour d’une étoile très brillante. « Nous avons validé une planète sur une orbite de 10 jours autour d’une étoile appelée HD 212657, qui est maintenant l’étoile la plus brillante hébergeant une planète validée trouvée par les missions Kepler », notent les chercheurs. Les planètes autour des étoiles brillantes sont importantes, dans le sens où les astronomes peuvent les étudier à partir d’observatoires terrestres.

La recherche d’exoplanètes est un domaine relativement récent. La première planète en orbite autour d’une étoile similaire à notre propre Soleil n’a été détectée qu’en 1995. Aujourd’hui, quelque 3600 exoplanètes ont été trouvées, allant de planètes rocheuses de la taille de la Terre à de grands géants gazeux comme Jupiter.

Les détails de cette étude sont rapportés dans The Astronomical Journal.

Source