in

Près de 100 nids de titanosaures découverts en Inde

titanosaures oeufs
Crédits : Dhiman et al., 2023, PLOS ONE, CC-BY 4.0

Une équipe de paléontologues annonce avoir identifié près 256 œufs de titanosaures fossilisés répartis dans 92 couvées en Inde. Leur analyse permettra de mieux comprendre comment certains des plus grands dinosaures de la Terre se sont reproduits et ont éclos.

Un incroyable site de nidification en Inde

Les sauropodes, un groupe de grands herbivores connus pour leur long cou, ont fréquenté la Terre du Jurassique au Crétacé (de 201 millions d’années à 66 millions d’années). Les titanosaures étaient le dernier clade de cette lignée à exister sur cette planète. Il inclut quelques-unes des plus grandes et  lourdes créatures ayant jamais marché sur notre planète, comme Argentinosaurus.

L’Amérique du Sud est connue pour ses fossiles de titanosaures. L’année dernière, une équipe de paléontologues avait d’ailleurs annoncé la découverte de plusieurs œufs de titanosaures contenus sur un seul et même site au Brésil. Aujourd’hui, direction l’Inde.

La formation de Lameta du Crétacé supérieur (Maastrichtien) est réputée pour ses restes ostéologiques (ossements) et oologiques (œufs fossilisés) de sauropodes des parties orientales et occidentales de la vallée de la Narmada, dans le centre de l’Inde. Plus récemment, des chercheurs y ont isolé 92 couvées de titanosaures près du district de Dhar (État du Madhya Pradesh). Les premières couvées avaient été découvertes il y a dix ans, mais ce type de fouille prend du temps.

L’équipe dirigée par le paléontologue Harsha Dhiman décrit ses analyses dans la revue Plos One.

Plusieurs types d’œufs

Les chercheurs ont identifié six espèces d’œufs fossilisés, ce qui suggère une possible grande diversité des taxons de titanosaures dans le sous-continent indien. Il est néanmoins difficile pour l’heure d’en savoir plus sur les animaux qui les ont pondus, car malgré l’abondance de coquilles d’œufs et de nids fossilisés, l’équipe n’a trouvé aucun dinosaure à proximité des sites de nidification. Les chercheurs pensent que cette zone pourrait avoir été uniquement destinée à la nidification et non à des fins d’habitation. Il est également possible que les os n’aient pas pu être préservés ou qu’ils soient profondément enfouis et encore non exposés.

Par ailleurs, des éléments du grès dans lequel les œufs ont été conservés suggèrent un milieu marécageux au moment de la ponte. Pour les auteurs, le site de nidification était probablement situé près d’un étang ou d’un lac du Crétacé, il y a environ 67 à 68 millions d’années.

Les œufs se présentaient sous de nombreuses formes et tailles. Certains étaient entiers, alors que d’autres étaient brisés en coquilles fossilisées. D’autres encore étaient déformés ou comprimés.

titanosaures oeufs
Un œuf compressé (à gauche) et un œuf déformé (à droite) trouvés dans les sites de nidification.
Crédits : Dhiman et al., 2023, PLOS ONE, CC-BY 4.0

Enfin, plusieurs fossiles étaient des œufs pathologiques. Il s’agit d’une variété d’œufs qui est produite lorsque les animaux sont stressés et que l’on retrouve également chez les oiseaux modernes. Certains étaient des œufs avec plusieurs couches de coquille, alors que d’autres étaient formés à l’intérieur d’autres œufs.

Les paléontologues prévoient de revisiter les sites de nidification au cours de ces prochains mois dans le but de rechercher de possibles dents de titanosaure. Ils prendront également des tomodensitogrammes de certains des œufs les plus complets pour examiner la présence de squelettes embryonnaires à l’intérieur.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.