in ,

Le son permet aux embryons de se préparer à leur venue au monde

Crédits : Geoff Gallice / Wikipedia

Durant la gestation, les embryons sont assujettis à des stimulations diverses, comme le son. Des chercheurs australiens ont alors étudié la fonction adaptative du son chez de nombreuses espèces. L’objectif ? Comprendre comment ce stimulus en provenance de l’environnement peut influencer les embryons durant leur développement.

Comprendre l’influence du son

Rappelons tout d’abord qu’au sein du règne animal, le son véhicule des informations importantes pour les individus qui l’entendent. Dans certains cas, il peut jouer un rôle dans la programmation du phénotype, c’est-à-dire l’ensemble des caractères apparents d’un individu. Chez les êtres humains, le rythme cardiaque ainsi que la voix fournissent une stimulation au fœtus. Cette stimulation est essentielle au développement du langage et permet d’augmenter la taille de son cortex auditif primaire.

Dans une étude publiée dans la revue Trends in Ecology & Evolution le 26 mai 2021, une équipe de l’Université Deakin (Australie) a étudié les embryons d’une espèce de grenouille arboricole : la rainette aux yeux rouges (Agalychnis callidryas). Selon les chercheurs, les embryons peuvent distinguer avec précision les vibrations que la pluie, le vent et les prédateurs produisent afin de s’en protéger. Les meneurs de l’étude ont également évoqué les nymphes de cricket, qui utilisent des chants de mâles afin de prédire le futur niveau de compétition entre les potentielles partenaires.

grenouille rainette yeux rouge
Crédits : Bernard Dupont/Wikipedia

Des propriétés diverses et étonnantes

Les chercheurs ont baptisé ce phénomène “programmation développementale acoustique”. Or, cette programmation se produit lorsqu’un son donne des informations aux embryons sur l’environnement qu’ils fréquenteront après leur naissance. Ainsi, leur développement subit des modifications afin de mieux s’adapter. Le fait est que cette technique étonnante est massivement utilisée. En effet, on la retrouve chez tous les animaux pondeurs à savoir les insectes, reptiles, amphibiens et oiseaux. Chez les oiseaux, le son ou les vibrations déterminent le moment idéal pour l’éclosion des œufs. Citons également les punaises Halyomorpha halls, chez qui le son a une propriété incroyable. Selon les scientifiques, les embryons émettent des vibrations sonores de façon synchronisée avant d’éclore. L’objectif ? Éviter le cannibalisme !

Les meneurs de l’étude ont aussi mentionné le pinson zébré (Taeniopygia guttate). Lorsqu’un individu est seul à incuber son œuf, il peut parfois lancer de curieux cris aigus. À l’aide d’expériences en laboratoire, les chercheurs ont pu comprendre leur raison d’être. En réalité, ces sons sont produits seulement lorsque le temps est très chaud. Ainsi, les embryons grandissent moins afin de réduire les dommages physiologiques liés à l’exposition à la chaleur. Ceci permettrait alors à ces futurs adultes de faire naître davantage de petits.

Enfin, les scientifiques estiment qu’il est important de préserver les paysages sonores naturels. En effet, ces mêmes paysages sont peut-être d’une importance cruciale pour de nombreuses espèces. Il peut être question de pollution sonore, mais en revanche, le plus gros problème provient du dérèglement climatique, ce dernier induisant des changements environnementaux assez rapides.