in

Étude de cas : une première « fracture verticale » du pénis rapportée

Crédits : derneuemann/pixabay

Dans un nouveau rapport, des médecins britanniques détaillent le premier cas connu de « fracture verticale » du pénis pendant un rapport sexuel. L’homme a été opéré avec succès et a pu reprendre une activité sexuelle normale six mois plus tard.

Qu’est-ce qu’une fracture du pénis ?

Une fracture du pénis se définit comme une déchirure de l’albuginée, une enveloppe constituée de tissu conjonctif entourant le corps caverneux, un tissu érectile qui se gorge de sang pendant la phase d’érection (il y en a deux dans le pénis). Ce type de fracture se produit lorsque le pénis en érection est soumis à une force de « flexion » anormale induisant une pression intracaverneuse trop importante dépassant la résistance à la traction de l’albuginée.

Jusqu’à 88,5% des fractures du pénis surviennent pendant les rapports sexuels, et cette blessure est la plus fréquente chez les hommes dans la quarantaine qui rapportent classiquement une « sensation d »éclatement » et une tumescence immédiate (un organe enflé). On remarquera également un épanchement sanguin dans les tissus. Cela change alors la coloration du pénis qui ressemble, du coup, à une aubergine).

Ce type de fracture est relativement rare. Selon une méta-analyse publiée en 2016, il ne touche qu’un homme sur 175 000 environ. Cela étant, si un tel traumatisme devait arriver, une intervention chirurgicale doit être réalisée dans les 24 heures afin de réduire le risque de complications à long terme (dysfonction érectile, courbure excessive du pénis ou perturbation du débit urinaire).

Une première « fracture verticale » rapportée

Jusqu’à présent, tous les cas documentés faisaient état d’une fracture transversale de l’albuginée. Dans un rapport de cas publié dans le British Medical Journal Case Reports, des urologues britanniques détaillent le premier cas documenté de fracture verticale du pénis confirmée par IRM.

Le patient, un homme de 40 ans, s’est rendu à l’hôpital il y a quelques mois pour signaler que son pénis s’était « affaissé » contre le périnée de son partenaire. Les symptômes décrits étaient une tumescence progressive, un gonflement modéré, mais aucune sensation « d’éclatement » ou de craquement. Une IRM pénienne a finalement confirmé une rupture verticale de l’albuginée (de haut en bas donc) sur la face ventrale du corps caverneux droit, sur environ trois centimètres (voir figures 1 et 2 ci-dessous).

fracture verticale pénis
Séquences axiales T1 post gadolinium avec réduction de la graisse. Crédits : BMJ Journal
fracture pénis
Une séquence coronale oblique T2 montre l’hématome associé qui jouxte le corps caverneux droit distal. Crédits : BMJ Journals

L’homme a finalement été opéré avec succès et a pu reprendre une activité sexuelle six mois plus tard. Dans le rapport de cas, les médecins soulignent que les érections postopératoires étaient « de la même qualité que celles d’avant la blessure« .