in

La première étape vers les plus vieilles glaces du monde a été finalisée avec succès

carottage
Image d'illustration. Crédits : Wikimedia Commons.

La quête des plus vieilles glaces du monde a démarré il y a peu en Antarctique. Or, ce 17 février, les chercheurs impliqués ont annoncé avoir finalisé le premier des trois forages nécessaires avant d’atteindre le socle rocheux et remonter des glaces potentiellement âgées de plus de 1,5 million d’années.

Il y a quelques semaines, une équipe de scientifiques a démarré une opération de plusieurs années visant à recueillir les plus anciennes glaces jamais étudiées. Effectués dans le cadre d’un projet sans précédent baptisé Beyond Epica, les forages prennent place au petit dôme C, un domaine géographique d’environ dix kilomètres carrés situé en Antarctique de l’Est, à plus de 3000 mètres d’altitude et où les températures sont presque toujours inférieures à – 40 °C.

L’objectif des chercheurs est d’atteindre une profondeur suffisante pour remonter des glaces âgées d’au moins 1,5 million d’années, ceci afin de retracer l’évolution de la température et des gaz à effet de serre à une époque où la périodicité des âges glaciaires a mystérieusement changé. Or, dans un communiqué publié ce 17 février, l’équipe de scientifiques a annoncé avoir finalisé avec succès le premier forage dont la longueur s’établit à quelque 130 mètres.

Deux forages supplémentaires pour compléter la carotte et remonter les plus vieilles glaces du monde

Pour l’heure, seule la partie superficielle de la carotte de glace a donc été prélevée, autrement dit la plus récente d’un point de vue climatique, représentant les trois derniers millénaires. Deux autres forages, beaucoup plus longs, seront nécessaires avant d’arriver vers 2800 mètres de profondeur et espérer atteindre les 1,5 million d’années d’ancienneté. Toutefois, il faudra probablement patienter jusqu’en 2025 avant que l’entièreté de la carotte ne soit forée.

plus vieilles glaces du monde
Le petit dôme C vu par drone. Crédits : NSF / beyondepica.eu.

« Nous sommes très satisfaits du travail effectué jusqu’à présent. Notre prochaine campagne impliquera un test final du système de forage, avant de rapidement procéder à des forages profonds », détaille Carlo Barbante, chercheur et coordinateur du projet. « Nous pensons que cette carotte nous donnera des informations sur le climat du passé et sur les gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère lors de la transition mi-pléistocène qui s’est produite il y a 900 000 à 1,2 million d’années. Au cours de cette transition, la périodicité des âges glaciaires est passée de 41 000 à 100 000 ans : la raison pour laquelle cela s’est produit est le mystère que nous espérons résoudre ».

Jusqu’à présent, c’est la carotte de glace prélevée en Antarctique au dôme C dans le cadre du projet EPICA (European Project for Ice Coring in Antarctica) qui détient l’enregistrement le plus long. Publiées il y a près de vingt ans, les données avaient en effet permis de retracer le tempo des changements climatiques sur les 800 000 dernières années.

« Je suis ravi que le forage de la plus ancienne carotte de glace soit enfin en cours », rapporte Robert Mulvaney, l’un des scientifiques impliqués dans le projet Beyond Epica. « Après trois ans passés à chercher le meilleur site pour forer, nous sommes maintenant sur la voie. Seulement 130 mètres forés cette année, mais le camp et l’infrastructure sont maintenant opérationnels. Personnellement, j’attends avec impatience la saison prochaine lorsque je rejoindrai les foreurs pour, espérons-le, forer les mille prochains mètres de notre chemin vers le substrat rocheux ».