in

Premier test grandeur nature : La Nasa va tenter de dévier un astéroïde

Crédits : Capture vidéo ESA

Dans la perspective d’éviter la collision avec un astéroïde potentiellement dangereux pour notre planète, la NASA prévoit la déviation de l’un d’entre eux. Ce sera un véritable test grandeur nature.

La NASA prépare actuellement une mission à destination de (65 803) Didymos, un géocroiseur binaire du groupe des astéroïdes Apollon découvert le 11 avril 1996 par Spacewatch à l’observatoire de Kitt Peak (États-Unis). Le principal acteur de cette opération est l’impacteur Double Asteroid Redirection Test (Dart) qui a été pensé et conçu par les ingénieurs du Johns Hopkins Applied Physics Laboratory. L’impacteur, de la taille d’un réfrigérateur, utiliserait ce qu’on appelle une technique de frappe cinétique — frappant l’astéroïde pour le déplacer de son orbite. L’impact est prévu pour 2024.

« DART est une étape cruciale pour démontrer que nous pouvons protéger notre planète d’un impact futur sur les astéroïdes », a déclaré Andy Cheng qui dirige le projet. « Étant donné que nous manquons de données concernant la structure interne ou la composition de ces géocroiseurs, nous devons effectuer cette expérience sur un véritable astéroïde ». Effectivement, pour savoir si la technique fonctionne, le mieux est encore de la tester sur de véritables astéroïdes.

L’impacteur ciblera pour cette mission suicide le petit Didymos B, un astéroïde binaire. Seule l’orbite de Didymos B autour de Didymos A devrait être ici modifiée. La cible, d’environ 150 m de diamètre, effectue une révolution en 11,9 heures autour de ce grand frère de quelque 800 m de diamètre, distant d’environ 1,1 km. Une fois lancé, l’engin impactera le petit astéroïde à la vitesse de 6 km/s, soit peu près la vitesse d’une balle de fusil.

Si la composition du premier, Didymos A, est bien connue (il est principalement constitué de silicates de fer et de magnésium), la composition de Didymos B est quant à elle inconnue. Ainsi, en plus d’être la première mission permettant de tester la technique de déviation d’un astéroïde avec un impacteur cinétique, DART permettra d’en apprendre davantage sur ces petits géocroiseurs qui intéressent également les chercheurs en vue d’une éventuelle exploitation future malgré le fait qu’ils constituent un certain danger pour notre planète.

Source