in

Premier test de suivi des astéroïdes dangereux réussi par la NASA

Crédits : Pixabay

Une équipe internationale d’astronomes vient de clôturer un premier test (réussi) de suivi d’un astéroïde jugé potentiellement dangereux. Le but est ici de pouvoir anticiper les futurs impacts éventuels pour mieux se préparer.

Bien que le nombre d’astéroïdes potentiellement dangereux vient d’être revu à la baisse, la NASA — ainsi que de nombreuses autres organisations — s’inquiètent encore de la possibilité de voir un jour notre planète impactée par un corps de plusieurs dizaines de mètres de diamètre. Bien qu’un tel événement ne puisse pas effacer toute l’humanité, il pourrait certainement causer beaucoup de dommages. À cette fin, la NASA a mis au point des moyens de détection et de détournement des astéroïdes jugés potentiellement dangereux. L’un d’eux est un test de suivi qui permet, en autre, de mettre l’accent sur la coopération internationale en mettant en place une sorte de réseau international d’alerte aux astéroïdes, dont la responsabilité est de suivre les astéroïdes dangereux.

Après des mois de planification, l’exercice s’est intensifié en juillet dernier lorsqu’une équipe du Very Large Telescope, de l’Observatoire européen austral, annonçait la présence dans les parages de l’astéroïde nommé 2012 TC4. Les chercheurs ont alors saisi l’occasion de son passage dans la banlieue terrestre pour tester cette première campagne d’observation. Alors que TC4 s’approchait de la Terre, les scientifiques ont donc travaillé ensemble pour analyser la taille, la composition et la trajectoire de l’astéroïde. Ils ont également dû s’assurer que tous les canaux de communication internationaux étaient en place pour un partage d’informations rapide et efficace durant l’exercice. Un test couronné de succès :

« Je suis heureux de voir que des scientifiques de différents pays ont collaboré de manière efficace et enthousiaste pour atteindre un objectif commun », note Boris Shustov, directeur scientifique de l’Institut d’astronomie à l’Académie des sciences de Russie. Ces observations auront notamment permis de confirmer, grâce aux calculs des orbites, que TC4 n’impacterait jamais notre planète. Les chercheurs ont également pu déterminer la composition de l’astéroïde ainsi que son comportement en rotation. Le final de l’exercice s’est déroulé en octobre dernier lorsque TC4 est passé au plus près de la Terre, à 43,780 kilomètres au-dessus de nos têtes.

Nasa

Cet exercice aura donc permis à la communauté astronomique de devenir « beaucoup mieux préparée aujourd’hui à faire face à la menace d’un astéroïde potentiellement dangereux », a déclaré Michael Kelley, responsable des exercices TC4 au siège de la NASA à Washington. Bonne nouvelle, donc. Reste maintenant plus qu’à trouver le moyen de détourner ces éventuels voyageurs égarés. La NASA planche encore dessus.

Source