in

Que nous apprend le premier enregistrement d’un cerveau humain mourant ?

tunnel
Person standing in the light at the end of the tunnel

Selon une étude récente, il n’est pas impossible que notre vie défile devant nos yeux avant de mourir. Des chercheurs de différents pays ont décrit le tout premier enregistrement d’un cerveau en train de mourir. Or, cette activité serait assez comparable au rêve et au souvenir.

Une découverte résultant du hasard

Tout le monde a sûrement déjà entendu parler des expériences de mort imminente. Les personnes en ayant témoigné décrivent leurs visions et sensations après avoir connu un coma avancé ou une mort clinique précédant un retour à la vie. Certains individus auraient vu défiler leur propre vie ou encore une lumière au bout d’un tunnel et éventuellement ressenti une sensation de paix et de tranquillité. Logiquement invérifiables, ces récits contiendraient peut-être une part de vérité selon une étude publiée dans la revue Frontiers in aging neuroscience le 22 février 2022.

Des neurologues de plusieurs pays affirment en effet avoir enregistré l’activité d’un cerveau en train de mourir. Or, cette même activité s’apparenterait au processus du rêve ou du souvenir. Pourtant, les chercheurs en question estiment que la découverte est le fruit du hasard. Il faut dire qu’initialement, ces travaux n’avaient pas pour objectif de mesurer l’activité du cerveau au moment de la mort. En effet, il s’agissait simplement de surveiller les ondes cérébrales chez un patient en particulier, à savoir un homme de 87 ans atteint d’épilepsie. Seulement, voilà, le patient a fait une crise cardiaque et a perdu la vie durant les analyses.

mort imminente tunnel
Crédits : Kornpoj / Wwikimedia Commons

Des données insuffisantes

Ainsi, cet accident non prévu a permis d’enregistrer pas moins de quinze minutes d’activité cérébrale au moment du décès. Néanmoins, les neurologues ont précisément porté leur attention sur les trente secondes précédant et suivant l’arrêt du cœur. Les résultats montrent alors une augmentation de l’activité au niveau des ondes cérébrales (les oscillations gamma). Or, ces mêmes oscillations se produisent également lorsque nous rêvons, faisons appel à nos souvenirs ou encore lorsque nous méditons. Le sentiment de voir défiler sa vie que décrivent les témoignages d’expériences de mort imminente s’expliquerait ainsi de cette façon.

Les scientifiques ont également précisé que leurs observations confirment la capacité du cerveau à se coordonner même après que le sang ait stoppé sa circulation dans l’organisme. De plus, il faut savoir que cette activité des ondes gamma n’est pas complètement une nouveauté. En effet, le processus était déjà connu chez les rats, mais il s’agit de la première fois qu’il est observé chez l’humain.

S’agit-il d’une importante découverte permettant de mieux comprendre le mystère de la mort ? Peut-être. Quoi qu’il en soit, les chercheurs ont souligné que leurs données proviennent d’une seule étude de cas. C’est donc trop insuffisant pour en tirer des conclusions formelles et définitives, si bien que d’autres études du genre pourraient voir le jour dans un avenir plus ou moins proche.