in

Des chercheurs mettent au point le premier disque dur boosté à l’IA

disque dur
Crédits : Remitski / iStock

Outre-Atlantique, une université a développé une première puce intégrant l’apprentissage automatique dans le but d’optimiser le stockage ainsi que la lecture sur disque dur. Il s’agit d’une intelligence artificielle qui, au-delà d’offrir une meilleure capacité, permet de réduire la latence concernant l’accès aux données présentes.

Un défi compliqué, mais relevé avec succès

Les progrès technologiques concernent également les disques durs mécaniques dont la capacité de stockage est toujours plus importante. La question de la rapidité d’exécution est par ailleurs cruciale (l’idéal étant en temps réel) lorsqu’il s’agit d’utiliser une application sur smartphone, sur tablette ou de gérer n’importe quel autre objet connecté.

Le fait est que les disques durs restent assez basiques dans leur fonctionnement. En effet, les données se stockent de manière désordonnée sur la mémoire, si bien que malgré la rapidité évidente de certaines machines, la durée pour accéder aux données reste souvent problématique, surtout s’il est question d’un stockage dans le cloud.

Augmenter les performances des disques durs tout en en optimisant leur capacité de stockage était donc l’objectif d’un professeur de l’Université de Carnegie Mellon (États-Unis) et de ses étudiants. Ce challenge relevé avec succès a été détaillé dans un communiqué officiel publié le 16 novembre 2022.

disque dur data center
Crédits : gorodenkoff / iStock

Une réduction de la perte d’espace de stockage

L’équipe a mis au point une puce capable d’analyser les données afin d’optimiser directement leur stockage. Il s’agit d’une technologie se basant sur une intelligence artificielle apprenant de façon autonome comment améliorer la gestion des informations et ainsi mieux les stocker. Cette optimisation concernait également leur lecture. Habituellement, les données présentes sur la couche magnétique font l’objet d’une identification au moyen d’une technologie de traitement de signal. Ici, l’IA a optimisé le processus, ce qui a permis une réduction de la perte d’espace de stockage et donc une augmentation des performances de lecture. Au final, le temps de latence pour accéder aux données est réduit, et ce, même lorsque celles-ci se trouvent sur le cloud.

« Il s’agit de la première puce à utiliser l’apprentissage automatique pour la détection de données dans les lecteurs de disque. Les performances des puces basées sur l’apprentissage automatique dépassent les puces ordinaires fabriquées aujourd’hui […] Nous avons pris le leadership en matière de technologie d’apprentissage automatique […] Ces recherches auront un impact sur toute détection de données en temps réel, ce qui changera les disques durs et l’avenir de la technologie telle que nous la connaissons », a déclaré le Pr. Jimmy Zhu.

Selon les responsables du projet, la puce intégrant le réseau neuronal pourrait dans un premier temps faire son apparition dès la fin 2022 sous la forme d’un prototype physique dans le laboratoire de l’Université de Carnegie Mellon. Enfin, les fabricants de disques durs surveillent de près ces recherches potentiellement révolutionnaires dans le domaine.

Yohan Demeure

Rédigé par Yohan Demeure

Licencié en géographie, j’aime intégrer dans mes recherches une dimension humaine. Passionné par l’Asie, les voyages, le cinéma et la musique, j’espère attirer votre attention sur des sujets intéressants.