in

Premier cas de transmission d’une forme de grippe aviaire du chat à l’Homme

Crédits : Pixabay

Un vétérinaire new-yorkais a été contaminé par la grippe aviaire H7N2 – une souche de virus grippal A – qui lui a été transmise par un chat de refuge infecté. Il s’agit du premier cas recensé de transmission de ce virus d’un chat à un homme.

Aux États-Unis, le 15 décembre dernier, le Ministère de la Santé et les Centres de protection des animaux de New York ont annoncé qu’une souche de virus de la grippe aviaire faiblement pathogène A(H7N2) avait été identifiée chez 45 chats hébergés dans un abri à Manhattan. Selon le rapport, 162 employés et volontaires du refuge ont été examinés. Des symptômes ont notamment été détectés chez un vétérinaire qui a développé une légère forme de ce virus. Bien qu’il n’y ait pas de facteurs prouvant l’infection d’autres personnes, le département de la Santé publique de la ville de New York appelle les citoyens à être prudents, à suivre l’état de santé de leurs chats et à guetter le moindre symptôme suspect.

Depuis cette annonce, ce sont plus de 100 chats qui ont en effet été testés positifs au virus dans tous les abris de New York. Bien que la transmission à l’homme soit extrêmement rare, mais pas impossible, H7N2 semble néanmoins se propager rapidement de chat à chat. Selon les autorités new-yorkaises, le chat qui a transmis le virus au vétérinaire pourrait avoir été contaminé après avoir mangé une colombe infectée ou avoir été en contact avec un autre chat. L’animal, particulièrement âgé et fragile, a malheureusement dû être euthanasié, le virus ayant provoqué chez lui une pneumonie grave, mais les chats restants devraient s’en remettre après traitement.

La maladie provoquée par cette grippe ressemble à la grippe saisonnière et sa pathogénicité de H7N2 n’est pas importante, ce qui veut dire qu’il est rare qu’il représente un danger pour la santé humaine. Les autres souches de la grippe aviaire, à savoir H5N1 et H7N9, sont elles mortellement dangereuses.  Les autorités sanitaires ont annoncé leur intention de poursuivre leur enquête pour veiller à ce qu’aucun cas de transmission à l’Homme ne soit passé inaperçu.

Source

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.