in

Pour la première fois, des vétérinaires voient naître deux chiots génétiquement identiques

Crédits : iStock

Cullen et Romulus sont deux jeunes lévriers irlandais qui ont quelque chose d’exceptionnel. En effet, les deux frères avaient les cordons ombilicaux reliés au même placenta à leur naissance et sont génétiquement identiques, ce qui en fait des jumeaux monozygotes, ou vrais jumeaux.

Un premier cas confirmé de jumeaux monozygotes chez les chiens. C’est en Afrique du Sud que sont nés il y a quelques semaines Cullen et Romulus, deux jeunes lévriers irlandais mâles, à la clinique vétérinaire Rant En Dal de Johannesburg. Ce fut une surprise pour les vétérinaires puisqu’ils ont d’abord attribué un renflement inhabituel au niveau de l’utérus de la mère à un excès de liquide entourant le fœtus. Mais en opérant, ils ont observé que sur les sept chiots prêts à venir au monde, deux avaient le cordon ombilical relié au même placenta.

Le docteur De Cramen, qui a participé à la césarienne et qui en pratique environ 900 par an depuis 26 ans, n’avait jamais vu cela. Les vétérinaires ont alors procédé à diverses analyses pour vérifier qu’il s’agissait bien de « vrais jumeaux », ou jumeaux monozygotes, c’est-à-dire des jumeaux qui partagent le même placenta et les mêmes gènes. Des analyses sanguines ont alors été effectuées sur les deux chiots à l’âge de deux et six semaines, ainsi que des prélèvements de tissus, des tests qui ont confirmé la gémellité de Cullen et Romulus.

Des vrais jumeaux donc, mais qu’il est tout de même possible de distinguer grâce à quelques subtiles différences physiques, notamment des marquages blancs au niveau de la poitrine, des pattes et de la queue. S’il en est ainsi, c’est parce que, bien que les gènes soient les mêmes, ceux-ci ne s’expriment pas de la même façon physiquement, comme chez l’homme. « Les jumeaux humains ont également les mêmes gènes, mais parce que ces gènes sont exprimés différemment dans chaque personne, ils ont différentes tâches de rousseur et empreintes digitales » explique le docteur De Cramen.

Dans leur étude publiée dans la revue Reproduction in Domestic Animals, les auteurs affirment : « Au meilleur de notre connaissance, il s’agit du premier rapport d’un jumelage monozygote chez le chien confirmé en utilisant le profil ADN« . Cullen et Romulus se portent aujourd’hui à merveille.

Source

Avatar

Rédigé par David Louvet-Rossi