in

Un premier cas de « femme-arbre » au Bangladesh ?

Crédits : Wikipedia

Jusque-là, seules quatre personnes au monde ont été diagnostiquées de l’affection génétique rarissime appelée épidermodysplasie verruciforme. C’était tous des hommes surnommés « hommes-arbres ». Une première jeune fille pourrait bien être désormais aussi touchée par ce syndrome au Bangladesh. 

Il y a quelques semaines, nous vous informions dans un article des seize opérations qui ont été nécessaires tout au long de l’année 2016 pour retirer les quel que cinq kilos d’excroissances développées sur les mains et les pieds d’Abul Bajandar, un homme de 27 vivant au Bangladesh surnommé « homme-arbre ». Atteint d’une maladie génétique très rare appelée épidermodysplasie verruciforme (EV), il faisait partie des quatre seules personnes au monde à qui l’on a diagnostiqué cette condition.

Si ces quatre personnes sont toutes des hommes, un premier cas de « femme-arbre » pourrait désormais exister, une nouvelle fois au Bangladesh. En effet, c’est une jeune fille de dix ans qui développe des verrues impressionnantes à l’allure d’écorces d’arbre sur le visage. Si Sahana Khatun semble présenter tous les signes caractéristiques de l’épidermodysplasie verruciforme, les médecins poursuivent les tests pour savoir si elle n’est pas atteinte d’une autre maladie de peau. Toutefois, « nous pensons qu’elle est la première femme », déclare Lal Sen, directeur du département de chirurgie plastique du collège médical de Dacca, au Bangladesh, où est actuellement traitée la jeune fille.

Si son père, Mohammad Shahjahan, un fermier pauvre du nord du pays ne s’est pas inquiété au départ, c’est la rapidité du développement de ces excroissances qui l’ont poussé à se rendre à la capitale pour que la jeune fille y soit soignée. « Nous sommes très pauvres. Ma fille a perdu sa mère lorsqu’elle n’avait que six ans. J’espère vraiment que les docteurs enlèveront les écorces du visage de ma magnifique fille », a-t-il déclaré.