in

Prédire les tremblements de terre, un rêve bientôt réalisable ?

Crédits : Pedro Villavicencio / Flickr

Bien que les scientifiques cherchent depuis longtemps à prédire les tremblements de terre, leurs tentatives ont, jusque-là, toujours échoué. Pourtant, une nouvelle piste pour le moins prometteuse pourrait se cacher au niveau des variations chimiques des eaux souterraines…

S’il est actuellement impossible de prédire à l’avance un tremblement de terre, une étude publiée ce 21 septembre dans la revue scientifique Nature géoscience est venue redonner espoir dans le fait que la science puisse y parvenir un jour. En effet, selon les auteurs des travaux, la chimie des eaux souterraines pourrait être un précieux indicateur de la survenue d’un séisme à plus ou moins courte échéance.

Pour arriver à cette hypothèse, les auteurs de l’étude ont prélevé des eaux provenant d’un forage de 100 mètres de profondeur dans le nord de l’Islande entre 2008 et 2013. En analysant toutes les semaines les ratios d’isotopes stables et les concentrations en éléments dissous, ils ont constaté que les taux d’hydrogène et de sodium avaient fortement augmenté quatre à six mois avant la survenue de deux séismes d’une magnitude supérieure à 5. Après ces deux tremblements de terre, qui se sont produits en octobre 2012 et avril 2013, les concentrations sont revenues à la normale.

« Cela ne signifie pas que nous pouvons prédire les tremblements de terre, mais au moins, nous avons démontré que quelque chose se passe au niveau des roches avant qu’ils ne surviennent. La chimie des eaux souterraines est donc prometteuse et devrait être au cœur de futures études de prévision des tremblements de terre » a expliqué le professeur Alasdair Skelton, directeur de l’étude publiée dans Nature Geoscience, relayé par le site 7sur7.

Une méthode qui reste encore à être confirmée

« Bien que les changements que nous détectons sont spécifiques au site de l’Islande,nous en déduisons que des processus similaires peuvent être actifs ailleurs et que la chimie des eaux souterraines est une cible prometteuse pour de futures études sur la prévisibilité des tremblements de terre. », ont déclaré les chercheurs, relayés par le site futura-sciences. Pour autant, il se pourrait également que les changements chimiques observés en Islande soient causés « par le mouvement du magma profond », comme l’a suggéré Michael Manga, géologue à l’université de Californie, aux États-Unis. En effet, le mouvement de la roche en fusion aurait pu modifier simultanément la chimie des eaux et participer à la survenue des séismes.

Les recherches futures consisteront donc à mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent ces pointes chimiques et à déterminer si ces dernières sont observables partout dans le monde.

Sources : 7sur7 – futurasciences

– Illustration : Chili / Pedro Villavicencio