in

Si nous pouvions renifler l’odeur d’Uranus…

(Crédits image : Ryan F Mandelbaum / Walter Baxter / NASA)

Les gaz de la planète Uranus auraient une odeur pestilentielle. Décidément, cette planète n’a pas volé son nom ! Évidemment, vous pouvez sourire, mais il ne s’agit pas là d’une blague de mauvais goût.

Uranus est la septième planète du système solaire et la toute première de l’histoire découverte à l’aide d’un télescope par l’astronome William Herschel le 26 avril 1781. Cette planète tient son nom du dieu romain du ciel, mais depuis que l’on sait que les gaz que celle-ci contient sentent mauvais, difficile de croire au hasard !

La planète Uranus soulève encore de nombreuses questions dans la communauté scientifique. Tout récemment, de nouvelles détections d’aurores polaires ont permis d’obtenir de nouvelles informations concernant les pôles magnétiques d’Uranus ! À quelques jours près, le site Gizmodo s’est intéressé à la question suivante : quelle odeur pourrait avoir cette planète ? Une interrogation assez compliquée puisque personne n’ira sentir de près. Uranus est une planète lointaine et qui plus est hostile.

« Vous ne voudriez pas être dans cette atmosphère et essayer de respirer ! », indique Mark Hofstadter du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, évoquant une mort certaine par manque d’oxygène. En effet, l’atmosphère d’Uranus est un véritable cocktail mortel : du sulfure d’hydrogène, du dioxyde de carbone, de l’ammoniac ainsi que du méthane et de la phosphine.

Crédits NASA

Selon le directeur de l’Other Worlds Laboratory de l’Université de Californie, Jonathan Fortney, il y a sur Uranus « beaucoup de choses que l’on considère comme des gaz volatiles », des gaz malodorants qui « ont gelé hors des nuages ».

Imaginons que nous ne mourions pas au contact de l’atmosphère d’Uranus, l’odeur serait insoutenable. Le sulfure d’hydrogène est justement le gaz qui contient l’odeur automatiquement détectée dès que quelqu’un se « déleste » en notre présence, quant à l’ammoniaque, ce dernier sentirait le pipi de chat ! Et la phosphine ? Un mélange de poisson pourri et d’ail ! En ce qui concerne le méthane, ce dernier pourrait se transformer en éthane et au contact du souffre, il se changerait en éthanethiol dont l’odeur serait comparable à la celle de la mouffette, un petit animal carnivore réputé pour ses sécrétions de liquide malodorant en cas de menace.

Ainsi, personne ne voudrait renifler un cocktail aussi horrible, mais rassurez-vous, c’est tout bonnement impossible. Comme dit plus haut, l’homme n’ira jamais sur Uranus. Quand bien même il s’y rendrait, celui-ci ne survivrait pas à l’atmosphère la plus froide du système solaire (-224 °C), une température qui d’ailleurs ne permet à aucune odeur d’exister vraiment pour cause de gel.

Sources : GizmodoThe Science TimesLe Journal de Montréal