in

Vous pouvez désormais voir à quoi ressemble la Terre à 63 millions de kilomètres de distance

Crédit : NASA/ Goddard / Université d’Arizona/ Lockheed Martin

La sonde OSIRIS-REx capturait il y a quelques jours une photo à couper le souffle de notre planète et de la Lune à plus de 63 millions de kilomètres de distance. De quoi remettre nos vies en perspective.

OSIRIS-REx est une mission de la NASA qui vise à explorer un astéroïde proche de la Terre, appelé Bennu (anciennement 1999 RQ36), pour en recueillir un échantillon afin de le renvoyer sur Terre. Le 2 octobre 2017, dix jours seulement après avoir effectué une manœuvre d’assistance gravitationnelle, le satellite pointait sa caméra vers la Terre pour capturer une image à couper le souffle de notre planète et de son satellite naturel, la Lune. Le 17 janvier dernier, une autre photo a été prise, représentant une minuscule Terre et sa Lune assises ensemble à 63,6 millions de kilomètres de distance.

Crédit : NASA/ Goddard / Université d’Arizona/ Lockheed Martin

La Terre est ici le point lumineux au centre de l’image. La Lune est à ses côtés, légèrement sur la droite. Mais si vous regardez de près, il y a beaucoup plus à voir en arrière-plan. Comme l’explique la NASA dans une description de l’image, plusieurs constellations sont également visibles dans l’espace environnant.

« Le groupe d’étoiles brillant dans le coin supérieur gauche n’est autre que les Pléiades, dans la constellation du Taureau. Hamal, l’étoile la plus brillante dans le Bélier, est quant à elle située dans le coin supérieur droit de l’image ».

Pour le plaisir, (re) découvrez cette autre photo capturée par la sonde en octobre dernier. La sonde spatiale se trouvait alors à environ 5 420 000 km de la Lune et 5 120 000 km de la Terre – soit approximativement 13 fois la distance de séparation entre la Terre et la Lune.

Crédits : NASA/ Goddard / OSIRIS-REx Team/Université d’Arizona

Rappelons que le satellite OSIRIS-Rex, lancé avec succès le 8 septembre 2016, devrait atteindre Bennu en 2018. Les échantillons ne sont pas attendus sur Terre avant 2023.

Source

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.