in

Le coeur glacé de Pluton cache un gigantesque océan. Pourrait-il abriter de la vie ?

Les récentes nouvelles annoncées par la NASA suggèrent que le « cœur » glacé de Pluton abriterait un océan gigantesque. Des milliers de ces planètes naines dans l’espace lointain pourraient également contenir ce type d’océan exotique. Mais concrètement, pourraient-ils abriter la vie ?

Pluton cacherait en son cœur un vaste océan liquide. Si vous pouviez aspirer tout le contenu de cet océan, vous pourriez modeler une sphère d’environ 1 200 km de large qui engloberait environ 75 % de l’ensemble du réservoir d’eau liquide de la Terre. Telles sont les données recueillies puis transmises par la sonde New Horizon et publiées dans la revue Nature le 16 novembre dernier. La question est aujourd’hui de savoir de quoi cet « océan » est constitué. Et pourrait-il soutenir une vie extraterrestre ?

Steven Vance, astrobiologiste et géophysicien de la NASA, expliquait il y a peu que l’océan de Pluton contenait probablement des « alcools » (méthanol, éthanol), des hydrocarbures (méthane, éthane) et des molécules plus complexes fabriquées à partir de carbone, d’azote, d’hydrogène et d’oxygène en abondance sur la planète naine. Ces produits chimiques pourraient agir comme un antigel, rendant ainsi les eaux glaciales en surfaces plus fondantes à l’intérieur. Ces composés pourraient servir de base au développement de la vie, mais selon une étude publiée ce jeudi, toujours dans la revue Nature, la plus grosse lune de Pluton, Charon, abriterait une énorme quantité d’ammoniac, un composé retrouvé dans les bouteilles de nettoyant pour vitres. William McKinnon, principal auteur de cette étude, suggère alors que Pluton pourrait également en abriter une énorme quantité.

Selon notre chercheur, la présence d’ammoniac écarte l’idée de pouvoir un jour détecter une vie semblable à celle retrouvée sur Terre. « Vous n’avez pas de place pour les germes sur Pluton, beaucoup moins pour les poissons où toute autre vie telle que nous la connaissons ici sur Terre », explique-t-il. « Mais, comme avec les mers de méthane sur Titan, la principale lune de Saturne, cette étude soulève la question de savoir si de nouvelles formes de vie pourraient exister dans ces liquides froids et exotiques ».

Pam Engebretson
Pam Engebretson

« La vie peut tolérer beaucoup de choses », poursuit le chercheur. « Elle peut tolérer beaucoup de sel, un froid extrême, une chaleur extrême, etc. Mais je ne pense pas qu’elle peut tolérer une telle quantité d’ammoniac. Si nous devions imaginer la vie dans un océan entièrement recouvert d’une couche de glace, le mieux que nous pourrions espérer serait une sorte de vie très primitive, peut-être même précellulaire ».

Les mondes tels que Pluton se comptent par millions dans l’Univers. Ainsi les planètes naines pourraient, a priori, abriter des formes de vie extraterrestres, même précellulaires. Oui, il pourrait en théorie y avoir de la vie sur Pluton. La question qui se pose aujourd’hui est : y a-t-il de la vie sous le cœur de Pluton ? On ne sait pas. Du moins pas encore.

Source