in

Pourrait-on un jour détecter la vie végétale sur d’autres planètes ?

Crédits : NASA/JPL-Caltech

Un nouvel instrument mis au point serait capable de détecter la présence de végétaux à des kilomètres de distance. Perfectionné, ce dispositif pourrait un jour nous permettre de détecter une vie végétale sur d’autres planètes.

Biosignatures végétales

Les végétaux reflètent la lumière d’une certaine manière. Le phénomène dit de chiralité (ou de transfert moléculaire) dans ces systèmes biologiques affecte en effet la manière dont ils réfléchissent la lumière. On observe alors une polarisation circulaire fractionnelle de la lumière, qui « constitue la biosignature non ambiguë » d’une vie végétale, explique le biologiste néerlandais Lucas Patty. Le chercheur, après plusieurs années d’expériences, vient de mettre au point un appareil capable de détecter ces biosignatures à distance.

Son prototype, appelé spectropolarimètre TreePol, était au départ capable de détecter la rotation de la lumière réfléchie sur des feuilles de lierre en laboratoire. L’appareil fonctionnant à l’intérieur, le chercheur décida il y a quelques mois de le placer à l’extérieur. Son idée : détecter la lumière réfléchie par les brins d’herbe d’un terrain de football situé à proximité. Aucun signal ne fut enregistré. Il s’est finalement avéré plus tard que l’équipe jouait sur du gazon artificiel. Pas de panique donc, l’instrument fonctionnait toujours.

végétaux exoplanètes
Dans les rues d’Amsterdam, l’instrument sait faire la différence entre du gazon synthétique et de véritables végétaux. Crédits : Lucas Patty, VU Amsterdam

Vie extraterrestre

Après plusieurs expériences et ajustements, l’appareil est désormais capable de repérer des biosignatures végétales à plusieurs kilomètres de distance (arbres, herbes). Selon le chercheur, ce type de technique pourrait un jour permettre de surveiller les cultures agricoles depuis les airs. Il y a donc un intérêt terrestre donc, mais pas que.

« Dans le contexte de l’astrobiologie, la polarisation circulaire des bio-molécules est une biosignature puissante, explique en effet le chercheur, qui vient de soumettre son papier à la revue Astrobiology. Par rapport aux autres biosignatures de surface, il n’y a pas de signaux significatifs produits par des matières abiotiques, et donc pas de faux positifs ». En d’autres termes, si l’instrument venait à se perfectionner suffisamment dans le futur, nous pourrions potentiellement être capables de détecter la présence d’une vie végétale ailleurs dans l’Univers, et ce sans aucune ambiguïté.

On n’en est pas là, bien sûr, mais le projet mérite vraiment d’être approfondi. « Nos résultats soulignent l’importance potentielle de la polarisation circulaire à la fois en tant que moyen de détection de la présence de vie extraterrestre accessible à distance, et en tant qu’outil précieux et applicable à distance pour la surveillance de la végétation sur Terre, peut-on lire. Une prochaine étape importante consistera à utiliser ces résultats dans des modèles exoplanétaires ».

Source

articles liés :

Il pourrait y avoir de la vie sur cette exoplanète proche, finalement

Une exoplanète filmée autour d’une étoile à 63 années-lumière

Pourrons-nous bientôt observer directement les exoplanètes ?