in

Pourquoi tant de pigeons sont-ils amputés ?

Crédits : Flickr / Jeanne Menjoulet

Des chercheurs français ont arpenté des dizaines de lieux de la capitale. Le but ? Comprendre pourquoi certains pigeons sont amputés d’un ou plusieurs doigts ou encore d’une patte. Or, il s’avère que ces mutilations ont une origine humaine.

Des volatiles handicapés

À Paris comme dans n’importe quelle ville, les pigeons sont présents. Cependant, il n’est pas rare d’en croiser certains à qui il manque des doigts ou une patte. Dans une étude à paraître dans la revue Biological Conservation (vol 240) de décembre 2019, des chercheurs du Muséum national d’Histoire naturelle et de l’Université Lyon 1 ont tenté de comprendre pourquoi.

Pas moins de 46 lieux de la capitale ont été visités par les directeurs de l’étude. L’objectif était de récolter de nombreuses notes d’observation et formuler des hypothèses. Différentes théories ont alors été explorées telles que l’exposition à des produits chimiques, les maladies, la nécrose ou encore les dispositifs anti-pigeons.

pigeons Paris
Crédits : Wikipédia / Guilhem Vellut

Une explication aussi simple qu’étonnante

Les chercheurs ont déterminé que les mutilations visibles sur les pigeons urbains sont dues à des nécroses. Or, les pigeons blessés de la sorte sont plus fréquents dans les zones les plus polluées, les plus peuplées et où il y a davantage de coiffeurs. En effet, les fils sont les ennemis des pigeons. Les fils en plastique ou cheveux forment un nœud, génèrent une nécrose et causent la perte du doigt.

Les chercheurs ont aussi noté que les pigeons non mutilés se trouvaient en plus grand nombre dans les espaces verts. Logiquement, ils conseillent d’aménager davantage de parcs afin que cette faune puisse se trouver en meilleure santé. Par ailleurs, la question de la gestion des déchets a également été évoquée. Bien que les pigeons aient très mauvaise réputation en ville, il semble bien que ces animaux soient avant tout victimes de notre façon de vivre !

En 2018, des chercheurs suédois ont pu mesurer l’impact de l’espace urbain sur la vie des oiseaux. Selon eux, deux semaines de présence en ville feraient baisser l’espérance de vie de ces animaux ! En 2016, une étude américaine déterminait par exemple à quel point la pollution sonore impactait le chant des oiseaux. Or, il le bruit est une source de stress chronique, générant une communication moins nette entre les individus, concernant notamment l’accouplement et donc la reproduction.

Articles liés :

L’Amérique du Nord a perdu 3 milliards d’oiseaux depuis 1970

Certaines corneilles “des villes” ont un taux de cholestérol élevé

Ces oiseaux nous montrent à quel point la pollution de l’air a pu être importante il y a 100 ans