in

Pourquoi rêvons-nous ?

Crédits : Ejaugsurg/ Pixabay

Chaque nuit ou presque, nous dormons. On estime qu’un tiers de la vie d’un être humain est passé à dormir. Le sommeil connaît plusieurs phases telles que le sommeil profond ou le sommeil paradoxal, également appelé REM (pour Rapid eye movement, soit mouvement rapide oculaire, caractéristique de cette phase). C’est durant cette dernière que nous rêvons.

Contrairement à ce que ce certains peuvent imaginer, tout le monde rêve, y compris les nouveau-nés qui dorment jusqu’à huit heures par jours. Plus étonnant, l’ensemble des mammifères et des oiseaux ont une phase de sommeil paradoxal. Mais pourquoi ? Autant commencer en expliquant que malheureusement, personne n’a de réponse à cette question. Néanmoins il existe plusieurs théories sur l’utilité des rêves.

La première théorie veut que les rêves aient un impact positif sur la créativité et la capacité à résoudre les problèmes que nous rencontrons quotidiennement. De nombreux artistes ont effectivement affirmé avoir puisé l’inspiration dans leurs rêves, de même que des chercheurs ont parfois franchi un obstacle après une nuit de sommeil. Nous pourrions bien travailler sur nos problèmes durant nos rêves.

Une étude réalisée sur des rats a permis d’observer que lorsqu’un rat se déplacer dans un labyrinthe, certaines zones en particulier de son cerveau étaient actives, or lorsque ce rat rêvait, ces mêmes zones se réactivaient, dans le même ordre, comme s’il revivait ses déplacements. Ce pourrait être ce que nous faisons chaque nuit, revivre chaque événement de notre journée.

Le rêve pourrait également servir à structurer notre mémoire, notre cerveau utilisant ces moments pour déterminer quel souvenir doit être conservé. La mémoire se trouve peut-être liée à une autre utilité des rêves, apprendre à gérer ses peurs. En effet, être régulièrement confronté à ses peurs dans nos rêves permet à notre cerveau de tester des réactions et s’accoutumer à ce type de danger.

Nous ne savons pas encore à quoi peuvent bien servir les rêves, mais ils peuvent être merveilleux et les chercheurs s’entendent pour dire qu’il ne faut pas négliger ses rêves.