in

Qui a défini le fait que nord se trouve en haut sur les cartes géographiques ?

Crédits : Max Pixel

Sur la plupart des supports géographiques destinés au grand public, le nord pointe toujours vers le haut. Or, malgré l’omniprésence de cette représentation, cette dernière n’a aucune valeur physique. Alors, qui a décidé que le nord devait avoir cette définition ?

Une représentation comme une autre…

À l’école et un peu partout, les planisphères font figurer le nord en haut. Ainsi, il n’est pas étonnant de voir le Pôle Nord au sommet de la carte. Toutefois, il existe quelques cartes où le Pôle Sud se trouve au nord, dont celle de l’Australien Stuart MacArthur, datant de 1970 (voir ci-après). L’observation de cette mappemonde met à mal nos repères habituels, donnant l’impression que le monde se trouve à l’envers. Et pourtant, cette représentation n’a pas moins de valeur que les autres.

carte sud
Crédits : Barry Lawrence Ruderman Antique Maps Inc.

Durant le Moyen-Âge, les cartographes avaient d’autres règles que celles que nous suivons aujourd’hui. La carte « T dans O » (ou TO) représentait les trois continents connus de l’époque à savoir l’Afrique à droite, l’Europe à gauche et l’Asie en haut. Sur cette carte, le nord pointe donc plutôt vers la gauche. La raison de cette représentation est évidemment en lien avec le contexte religieux. Le soleil levant se trouve à l’est où se situerait le Paradis.

carte T dans O
Crédits : Isidore of Seville / Wikipedia

…qui finit par s’imposer

Vers l’an 150, La Géographie de Claude Ptolémée compile les connaissances géographiques et cartographiques de l’époque de l’Empire romain. Cet atlas établit plusieurs conventions comme le fait de considérer l’Équateur comme base de la latitude ou encore la nécessité de placer le nord en haut. Malgré quelques passages à vide, cette vision s’imposera et entrera en vigueur durablement jusqu’à aujourd’hui. Cette même vision recevra également le renfort de la démocratisation de la boussole indiquant le nord magnétique.

Cette représentation deviendra une véritable convention universelle avec le travail du mathématicien et géographe flamand Gerardus Mercator (1512-1595). En 1569, il mit en effet au point l’une des cartes les plus importantes, utilisant une projection indispensable pour les marins de l’époque. Néanmoins, cette projection « de Mercator » est aujourd’hui critiquée parce qu’elle déforme les angles et agrandit de manière exagérée l’Europe et l’Amérique du Nord au détriment de l’Afrique et l’Amérique du Sud. Celle-ci a d’ailleurs été abandonnée par la plateforme Google Maps en 2018.

Par ailleurs, il existe de nombreuses projections cartographiques. Ci-dessous, il y a par exemple la projection de Peters qui, sans atteindre une quelconque perfection, respecte beaucoup mieux les distances et superficies réelles que la projection de Mercator.

projection Peters
Crédits : Mike Linksvayer / Wikimedia Commons