Pourquoi certaines personnes meurent-elles dans leur sommeil ?

sommeil
Crédits : cyano66/istock

Les décès pendant le sommeil sont souvent attribués à l’incapacité du dormeur à détecter les signes précurseurs de problèmes de santé, car il est dans un état inconscient. Mais pourquoi certaines personnes meurent-elles pendant leur sommeil précisément ? Il existe un certain nombre de raisons pour lesquelles une personne peut mourir pendant son sommeil, mais elles se concentrent généralement sur trois de nos organes les plus importants.

Le cœur, l’un des organes liés à la mort pendant le sommeil

L’arrêt cardiaque soudain (ACS) est la cause la plus fréquente des décès qui se produisent pendant le sommeil. Cet événement est en effet responsable de 90 % de ces décès inattendus. Il se produit lorsque le cœur s’arrête de pomper le sang de manière efficace, ce qui entraîne un arrêt immédiat du flux sanguin vers les organes vitaux du corps.

Les personnes qui présentent un risque plus élevé d’ACS sont généralement celles qui souffrent de maladies coronariennes, d’hypertrophie cardiaque ou de rythmes cardiaques irréguliers. Pour rappel, les maladies coronariennes impliquent un rétrécissement des artères coronaires qui fournissent du sang au muscle cardiaque. L’hypertrophie cardiaque concerne quant à elle une augmentation de la taille du muscle cardiaque qui peut entraîner des problèmes de pompage du sang. Enfin, les rythmes cardiaques irréguliers, tels que la fibrillation ventriculaire, sont des anomalies du rythme cardiaque.

Les voies respiratoires

L’apnée obstructive du sommeil (AOS) peut également contribuer aux décès pendant le sommeil. Les personnes atteintes d’AOS sont plus susceptibles de subir une mort cardiaque subite la nuit, car ce syndrome provoque des interruptions temporaires de la respiration. Cela peut entraîner une diminution de l’oxygène dans le sang, une augmentation de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle, augmentant ainsi le risque de mort cardiaque subite.

Pourquoi certaines personnes meurent-elles dans leur sommeil ?
Crédits : onsuda/iStock

Le cerveau

L’épilepsie est une affection neurologique caractérisée par des crises récurrentes qui sont des perturbations soudaines et imprévisibles de l’activité électrique du cerveau. Certaines personnes concernées souffrent de crises qui ne peuvent pas être complètement contrôlées par des médicaments ou d’autres traitements. Dans ces cas, il peut y avoir un risque de décès soudain et inattendu (SUDEP). Les raisons exactes derrière ce phénomène ne sont pas complètement comprises, mais il se produit souvent pendant le sommeil. Une crise peut alors provoquer une perturbation de la respiration ou du rythme cardiaque, et donc entraîner la mort.

Les accidents vasculaires cérébraux sont une autre cause. Ils surviennent lorsque le flux sanguin vers une partie du cerveau est interrompu, soit en raison d’un caillot sanguin qui bloque une artère (AVC ischémique), soit en raison de la rupture d’un vaisseau sanguin (AVC hémorragique). Environ 25 % de ces accidents vasculaires cérébraux se produisent pendant le sommeil. Le cerveau se retrouve alors privé d’oxygène, ce qui entraîne la mort des cellules cérébrales. En fonction de la partie du cerveau affectée, cela peut avoir un impact sur les fonctions vitales du corps comme la respiration, la fréquence cardiaque et la pression artérielle. Si ces fonctions ne sont pas rapidement restaurées, cela peut devenir fatal.

Pour gérer ces risques, il est essentiel de consulter un médecin, en particulier si vous avez des antécédents médicaux qui peuvent augmenter le risque de décès pendant le sommeil. Le maintien d’une bonne santé générale, notamment grâce à une alimentation équilibrée, à l’exercice physique régulier et à un sommeil suffisant, contribue à réduire le risque de décès nocturne.