Pourquoi mangeons-nous trois repas par jour ? Est-ce vraiment nécessaire ?

manger trois repas par jour déjeuner femme
©Farhad Ibrahimzade/Unsplash

Petit-déjeuner, déjeuner, dîner : la loi des trois repas par jour (voire quatre avec le goûter) est bien ancrée dans notre société. Tant et si bien qu’on ne pense pas à la reconsidérer, quand bien même on n’ait pas faim…

La pratique de manger trois repas par jour est largement répandue dans de nombreuses sociétés à travers le monde. Pourtant, les habitudes alimentaires sont susceptibles de varier considérablement d’une personne à une autre en fonction de ses besoins. Alors, faut-il vraiment manger trois repas par jour pour rester en bonne santé ?

La règle des trois repas par jour, une norme culturelle ?

Si certains nutritionnistes affirment que manger trois repas par jour permet de couvrir la totalité des besoins nutritionnels, ce n’est pas l’avis de tous les spécialistes. Ainsi, pour Anthony Berthou, expert en nutrition sportive et co-auteur du guide Yuka de l’alimentation saine, le trio petit-déjeuner-déjeuner-dîner relève avant tout d’une norme culturelle, voire d’une croyance sociale.

À bien y réfléchir, ce n’est en effet pas la fréquence des repas qui en détermine leur qualité ni leur équilibre. Ne pourrait-on pas observer deux repas équilibrés et se passer du dîner ou du petit-déjeuner pour rester en bonne santé ? Notre estomac est-il prédisposé à crier famine dès qu’on s’autorise à « sauter » un repas ? Aucune étude scientifique ne prouve qu’il est plus sain de manger trois repas par jour plutôt que deux nutritionnellement riches et équilibrés…

manger repas jour salade assiette déjeuner
©Louis Hansel/Unsplash

Le jeûne « naturel » permettrait de limiter le surpoids et le diabète

Toujours selon Anthony Berthou, un jeûne naturel d’au moins 15 heures (celui qu’on appelle souvent « intermittent ») enclencherait un processus métabolique permettant de réduire le risque de surpoids et de diabète, tout en régulant l’insuline et en favorisant le rythme biologique naturel.

Plusieurs études scientifiques ont en effet montré les bienfaits du jeûne, avec comme résultats la libération de molécules antioxydantes ou encore l’amélioration du métabolisme. À condition, bien sûr, de respecter une alimentation saine et équilibrée, et de favoriser les produits riches en vitamines et en nutriments, frais, non traités et de qualité.

Pourquoi il ne faut pas manger quand on ne ressent pas la sensation de faim

S’il est généralement recommandé de manger lorsqu’on a faim, l’inverse ne déroge pas à la règle. Écouter les signaux que nous envoie notre corps, c’est aussi répondre à ses besoins nutritionnels tout personnels. Voici quelques raisons pour lesquelles il est préférable d’éviter de manger lorsqu’on ne ressent pas la faim arriver :

  • Respecter les signaux de satiété (manger sans faim, par habitude sociale ou par envie, peut perturber le processus naturel de satiété et de régulation de l’appétit)
  • Éviter de se suralimenter (manger sans avoir faim peut entraîner une consommation excessive de calories, favorisant la prise de poids et les problèmes de santé)
  • Mieux digérer (manger sans faim peut entraîner une digestion moins efficace, le corps n’étant pas prêt à traiter les aliments. Résultats : gaz, ballonnements et autres troubles intestinaux)
  • Bénéficier d’une relation plus saine à la nourriture (mieux savourer les aliments plutôt que de manger par ennui, émotion ou habitude).

Exceptions et cas spécifiques

Bien sûr, certaines circonstances atténuantes peuvent nécessiter de s’alimenter sans ressentir la sensation de faim, comme des conditions médicales spécifiques ou des horaires de repas réguliers pour des raisons pratiques. Dans tous les cas, il est essentiel de faire preuve de discernement et de s’assurer de choisir des aliments sains et équilibrés.

manger avoir faim repas déjeuner homme cuisine
©Monkeybusinessimages/iStock

Ces pays qui ne mangent pas trois repas par jour

Les habitudes alimentaires varient d’un pays à l’autre et même au sein des différentes régions. Bien que la loi des trois repas semble dominer, il existe quelques variations culturelles dans les pays suivants :

  • Espagne (cinq repas par jour : petit-déjeuner, déjeuner, goûter, dîner et collation tardive)
  • Maroc (deux repas copieux par jour : déjeuner et dîner)
  • Nigéria (deux repas principaux avec une collation légère)
  • Inde (habitudes alimentaires variant considérablement selon les régions : certaines suivent le modèle des trois repas par jour, tandis que d’autres adoptent un schéma de quatre à cinq repas légers par jour)
  • Mexique (deux repas principaux par jour : petit-déjeuner consistant et dîner)…

Bien sûr, ces exemples représentent des tendances alimentaires générales et les habitudes peuvent varier d’une région à l’autre à l’intérieur de ces mêmes pays. De plus, les modes de vie modernes peuvent considérablement influencer les habitudes alimentaires traditionnelles. 

plats repas offrir manger cuisine spécialités
©Gulcin Ragiboglu/iStock