in

Pourquoi les femmes enceintes ont tout intérêt à manger des fibres

Crédits : Pixabay

Les femmes enceintes qui suivent un régime riche en fibres pendant la grossesse peuvent réduire le risque de maladie cœliaque chez leur enfant.

Nous savons que notre consommation de fibres affecte notre flore intestinale. L’un des troubles digestifs les plus mis en avant au cours de ces dernières années est la maladie cœliaque (intolérance au gluten). Celle-ci entraîne une destruction des villosités de l’intestin grêle, perturbant ainsi l’absorption de certains nutriments comme le fer et le calcium. Partant de ce principe, des chercheurs ont récemment tenté de savoir si la consommation de fibres d’une mère enceinte pouvait ou non affecter la flore intestinale de son enfant, ce qui pourrait à son tour favoriser le risque de maladie cœliaque.

Jusqu’à 34 % de risques en moins

Pour cette étude, les chercheurs ont analysé les dossiers de plus de 88 000 enfants norvégiens et de leurs mères, qui ont accouché entre 1999 et 2009. Ces dernières ont été interrogées sur leur apport en fibres et en gluten au cours de leur grossesse, et les enfants ont été suivis pendant environ 11 ans. Les chercheurs ont alors découvert que les enfants dont les mères consommaient plus de 45 grammes de fibres par jour étaient 34 % moins susceptibles de développer la maladie cœliaque, que les enfants dont les mères en consommaient moins de 19 grammes par jour.

On apprend également que pour chaque augmentation de 10 grammes de l’apport quotidien en fibres de la mère, il y avait une réduction de 8 % du risque de maladie cœliaque de son enfant. Les chercheurs n’ont par ailleurs établi aucun lien entre l’apport en gluten de la mère pendant la grossesse et le risque de maladie cœliaque de son enfant.

« Nos résultats ne soutiennent pas la restriction du gluten pour les femmes enceintes », explique Ketil Størdal, principal auteur de l’étude. Concernant les fibres, et malgré ces résultats, « nous ne pouvons pas encore recommander de mesures diététiques spécifiques pendant la grossesse pour prévenir la maladie cœliaque, poursuit le chercheur. Cela devra faire l’objet d’études plus approfondies ».

maladie coeliaque
La consommation de fibres provenant de fruits et de légumes était liée au risque le plus faible de maladie cœliaque. Crédits : Pixabay

Il est également utile de noter que cette recherche vient d’être présentée lors de la 52e réunion annuelle de la Société européenne de gastro-entérologie, d’hépatologie et de nutrition pédiatrique. Et qu’elle n’a pas encore été étudiée par des pairs.

L’intolérance au gluten

Concernant la maladie, on estime qu’elle concernerait aujourd’hui environ 1 % de la population mondiale. Les symptômes sont les suivants : anémie, diarrhées, perte de poids, arrêt de la croissance, ballonnements, douleurs osseuses ou encore fatigue. Côté diagnostic, une prise de sang révélera dans un premier temps les anticorps spécifiques de la maladie. En cas de test positif, une endoscopie avec biopsies confirmera ou non le diagnostic. Notons qu’il n’existe à ce jour aucun traitement. Les concerné·e·s devront alors suivre un régime sans gluten strict et à vie.

Source

Articles liés :

Du gluten de blé pour réparer les cheveux cassants ?

Et si l’intolérance au gluten était causée par des virus inoffensifs ?

Une nouvelle alternative au gluten bientôt proposée aux intolérants