in

Pourquoi le rover Perseverance est-il incapable de trouver de la vie sur Mars par lui-même ?

Crédits : NASA

L’agence spatiale américaine a dernièrement envoyé le rover Perseverance sur la planète rouge afin de collecter des échantillons du sol. Or, celui-ci n’est pas en capacité de déterminer si la vie y sera présente ou non. Les échantillons devront être renvoyés sur Terre pour analyse.

Que cherche Perseverance ?

Le rover Perseverance a fait son arrivée sur Mars le 18 février 2021 sans encombre. Il a d’ailleurs tiré ses premiers rayons laser il y a quelques jours. Son objectif principal est de collecter des échantillons de sol et autres roches afin de les stocker avant leur acheminement vers notre planète. Il va également caractériser la géologie de la planète Mars. Mais que cherche vraiment Perseverance en termes de vie extraterrestre ? Le cratère Jezero (quadrangle de Syrtis Major) est une cible prioritaire, car il était jadis rempli d’eau avec la présence d’un grand lac ainsi que d’un delta fluvial.

Selon les scientifiques, il est possible que des molécules organiques s’y trouvent, renfermant une forme de vie microbienne. Cette potentielle vie se serait développée il y a quatre milliards d’années, lorsque Mars ressemblait vraiment à la Terre. Toutefois, elle n’a certainement pas dépassé le stade unicellulaire.

perseverance
Crédits : NASA / JPL-Caltech

Incapable de procéder à des analyses

Seulement, voilà, Perseverance ne cherche pas en toute connaissance de cause. Si trouvaille il y a, cela sera déterminé après le retour des échantillons sur Terre. Effectivement, le rover n’est pas équipé de la technologie nécessaire pour découvrir lui-même des traces de vie. Perseverance n’est donc pas un rover d’exobiologie à proprement dit.

Équiper un rover des instruments capables de procéder à des analyses chimiques n’est pas du domaine de l’impossible, bien au contraire. Le rover ExoMars de l’Agence spatiale européenne (ESA) prévu pour 2022 aura ce genre d’équipement, à savoir le Mars Organic Molecule Analyser (MOMA). Perseverance n’embarque toutefois pas ce type de matériel et ce n’est pas un hasard : la NASA a prévu une mission de retour. Il n’était donc pas nécessaire de procéder à des tests poussés directement sur place. Par ailleurs, l’idée originelle de la NASA était seulement de faire de cette machine un rover d’exploration géologique et minéralogique.

Dès leur retour sur Terre, les échantillons seront manipulés avec une immense précaution et seront stockés dans un laboratoire P4 (à sécurité maximale). Si les échantillons contiennent de la vie, celle-ci sera découverte à ce moment-là et pas avant. Dans le cas où les chercheurs y trouvent des bactéries, il s’agira d’une confirmation forte qu’il y a de la vie sur la planète rouge.