in ,

Pourquoi le fait de pleurer est-il positif pour la santé ?

pleurer larme
Crédits : PxHere

Le mécanisme physiologique des larmes est connu, mais le mystère est encore assez épais du côté de la psychologie pour ce qui est du fait de pleurer. Il existe pourtant quelques hypothèses.

Une protection et un moyen d’apaiser les douleurs

Il faut savoir que les larmes ont une composition proche de celle du liquide céphalo-rachidien. Ainsi, celles-ci contiennent principalement du sel et des antiseptiques jouant un rôle protecteur pour la cornée. À ce titre, elles préviennent donc les infections. Il faut également savoir que les yeux peuvent générer des larmes par réflexe afin de soulager une irritation – par exemple causée par un oignon coupé – ou évacuer un corps étranger.

Il est possible que les larmes contiennent de l’opiorphine, une sorte d’antidouleur et antidépresseur naturel isolé dans la salive humaine il y a une dizaine d’années par des chercheurs de l’Institut Pasteur. Les recherches se poursuivent actuellement afin de déterminer cette présence d’opiorphine dans les larmes. En tout cas, on parle déjà de remplacer la morphine par l’opiorphine dans certains cas afin d’apaiser les douleurs.

Un signal d’alerte

Pleurer est avant tout un moyen de signaler sa détresse : « Je pleure donc je suis en détresse, j’ai donc besoin de votre empathie ». Il s’agit d’un fait existant depuis la naissance et les premiers pleurs. La psychologue Michèle Hosseini – interrogée par Doctissimo – parlera de « moyen de communication », de « manifestation d’un mal-être ou d’une angoisse » afin d’attirer « la compréhension d’un être bienveillant ». Il peut également s’agir de quelque chose de rassembleur. Par exemple, pleurer lors d’un enterrement peut permettre de consolider une famille.

Crédits : Wikipedia

Baisser la tension émotionnelle et lâcher prise

Évacuer un trop-plein d’émotion comme si quelque chose débordait en soi – autrement dit la tension émotionnelle – est une raison pouvant pousser un individu à pleurer. Il ne s’agit d’ailleurs pas seulement du résultat de pensées ou d’événements négatifs. Cela peut se produire même si l’on est heureux, par exemple après la réussite d’un examen ou encore lors d’un mariage.

Il est également possible de pleurer afin de lâcher prise, c’est-à-dire se donner les moyens de rendre moins envahissante une certaine tristesse, de se mettre dans les bonnes dispositions pour la mettre de côté – ou tout simplement mieux supporter le fait de vivre avec. Les larmes peuvent permettre à une personne de prendre du recul, de réfléchir, de se remettre en question et de mieux repartir de l’avant. En effet, lorsque l’on est triste, cela peut conduire à de mauvaises décisions et ajouter du négatif à une situation déjà peu appréciable.

Source

Articles liés :

IA : verra-t-on un jour les machines pleurer ?

Cet enfant robot est capable de saigner, de crier et de pleurer

Nos larmes et notre salive seraient génératrices d’électricité !