in

Pourquoi l’amibe “mangeuse de cerveau” est-elle si fulgurante et mortelle ?

Crédits : Centers for Disease Control and Prevention (CDC)

Vivant dans les eaux douces et chaudes, l’amibe Naegleria fowleri parait inoffensive au microscope. Et pourtant, celle-ci peut causer une pathologie très rare mais mortelle dans la plupart des cas !

Un cas récent aux États-Unis

L’actualité a été récemment marquée par la mort d’un baigneur américain, comme l’expliquait le New York Times ce 25 juillet 2019. Celui-ci se trouvait dans un parc aquatique et a été infecté par l’amibe Naegleria fowleri. Dix jours plus tard, l’homme est décédé d’une pathologie rare : la méningo-encéphalite amibienne primitive (MEAP). Il faut savoir que la rareté de cette pathologie est aussi grande que sa capacité à tuer, puisque la mort a été observée dans plus de 90 % des cas. Aux États-Unis depuis 1962, pas moins de 146 cas ont été répertoriés. En octobre 2018, nous évoquions le 144e cas et sur ce total, seulement quatre personnes ont survécu !

Rappelons au passage que l’amibe Naegleria fowleri est principalement présente dans les eaux chaudes naturelles (rivières, sources chaudes) ou artificielles (piscines mal entretenues, réseau d’eau potable). Ce n’est donc pas un hasard si les infections outre-Atlantique sont pour la plupart observées dans les états du Texas et en Floride durant l’été. Évoquons également le fait que les risques d’être infecté sont tout de même faibles puisque de nombreuses conditions optimales doivent être réunies.

Voici comment l’amibe pénètre notre organisme avant de l’infecter gravement
Crédits : xPharm: The Comprehensive Pharmacology Reference, 2007

L’amibe dévore les cellules du cerveau

La méningo-encéphalite amibienne primaire est une affection causée par l’amibe qui envahit les nerfs olfactifs avant de migrer directement vers le cerveau. Cette dernière vise le cerveau puisque cette zone de notre corps est humide et chaude. En revanche, notre cerveau ne possède pas de bactéries pouvant être consommées, si bien que l’amibe s’attaque directement aux cellules pour en retirer les nutriments !

Cette attaque engendre alors une arrivée massive de cellules immunitaires dans la zone infectée, ce qui cause un gonflement du cerveau. La pression crânienne augmente et perturbe la connexion du cerveau à la moelle épinière. Autrement dit, la communication entre le cerveau et d’autres parties du corps peut être compromise, par exemple le système respiratoire.

Les premiers symptômes apparaissent entre deux jours et deux semaines après l’infection : migraines, nausées et vomissements. La présence de changements liés à l’odorat et au goût est également notable. Au fur et à mesure que l’infection progresse, les symptômes se multiplient : confusion, fatigue, convulsions, hallucinations ou encore perte d’équilibre. La mort est plutôt fulgurante puisque celle-ci survient généralement une semaine après l’apparition des symptômes.

Articles liés :

L’amibe mangeuse de cerveau sous surveillance aux Etats-Unis

Ils sont les pires parasites sur cette planète

Les changements climatiques pourraient éliminer un tiers des parasites d’ici 2070