in

Pourquoi la HAS préconise-t-elle une seule dose de vaccin pour les anciens malades du coronavirus ?

Crédits : Pexels

Comment vacciner contre le coronavirus les personnes ayant déjà contracté la maladie ? Tout récemment, la Haute Autorité de Santé (HAS) a statué sur cette question en publiant ses nouvelles recommandations concernant le vaccin. 

Une seule dose pour rebooster l’immunité

La plupart des personnes ayant déjà contracté la maladie induite par le SARS-CoV-2 présentent une immunité naturelle. En revanche, elle reste encore assez mal comprise et des zones d’ombre subsistent comme le niveau de cette immunité en fonction des personnes ou encore sa durée. Plusieurs études ont conclu que la production d’anticorps pouvait générer une immunité pouvant aller de cinq à huit mois.

Dans notre pays, la  Haute Autorité de Santé (HAS) a publié de nouvelles recommandations le 12 février 2021. Il s’agit d’une mise à jour effectuée à partir des connaissances actuelles sur l’immunité contre le virus. En suivant les conseils de la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF), la HAS préconise une vaccination dans un délai de trois à six mois suivant la guérison des patients. De plus, elle recommande l’administration d’une seule dose de vaccin pour ces anciens malades.

Rappelons tout de même qu’à l’origine, les vaccins de Pfizer, AstraZeneca ou encore Moderna impliquent obligatoirement deux injections à un intervalle très précis. La première injection donne effectivement un début d’immunité, mais la seconde se charge d’inscrire réellement cette dernière dans le temps. Il est ainsi tout à fait normal que la recommandation d’administrer une seule dose puisse surprendre. En réalité, la HAS estime que les personnes déjà infectées une première fois disposent d’une certaine mémoire immunitaire et qu’une seule injection de vaccin ferait ainsi office de rappel.

Crédits : Pixnio

Préserver les stocks de vaccin

Dans les faits, une personne ayant contracté le virus il y a entre trois et six mois pourrait donc se faire vacciner. Toutefois, celle-ci ne recevrait qu’une seule dose, dont l’objectif serait de rebooster l’immunité et de la réinscrire dans le temps. Une seconde dose serait alors considérée comme étant superflue. Cette recommandation a également pour but de préserver les stocks et d’optimiser la campagne de vaccination.

En revanche, les personnes guéries présentant une immunodépression devront bénéficier de deux doses. Ces personnes ne produisant pas (ou peu) d’anticorps doivent donc suivre le même schéma que les personnes n’ayant jamais contracté la maladie. De plus, la HAS a ajouté une autre recommandation. Si une personne ayant reçu la première injection de vaccin contracte la maladie peu après, la seconde injection ne devra pas se faire. Là encore s’appliquera le principe des trois à six mois après la guérison.