in

Pourquoi faudrait-il se rappeler des points positifs du confinement ?

Crédits : JPC38 / Wikipedia

Le confinement a été pour beaucoup d’entre nous la plus grosse pause de notre vie. Or, se replonger dans la vie normale ne devrait pas nous empêcher de se rappeler des points positifs de ce temps mort. Mieux, ces mêmes points pourraient nous servir.

Un temps libre inespéré

En France, le confinement du 17 mars au 11 mai 2020 peut paraître déjà lointain. Et pourtant, beaucoup d’entre nous en ont tiré quelques enseignements. Selon un article publié dans le quotidien britannique The Independent le 17 juillet 2020, il s’agit d’enseignements qu’il ne faudrait pas oublier et même réutiliser.

Qu’il s’agisse des Britanniques ou des Français, une partie de la population a pu se dégager du temps libre. Certains ont travaillé à distance, d’autres se sont retrouvés au chômage partiel ou même en congés. Or, ces moments de liberté ont permis de se consacrer à ses proches, à une pratique sportive ou à des hobbies comme la cuisine.

Il est également question d’un coup d’arrêt dans la vie sociale. Et celui-ci aura été synonyme de soulagement pour une partie des confinés. Mais comment continuer à profiter des points positifs du confinement ?

covid-19
Crédits : geralt/Pixabay

Faire le point

Pour Fiona Harrold, coach de vie à l’origine de l’ouvrage Reinvent Yourself : 7 Steps to a New You (2012), le confinement a été « la plus grosse pause de notre vie ». Selon l’intéressée, la plupart des gens se sont habitués à ce nouveau mode de vie, incluant du temps libre pour faire de l’exercice et réfléchir. Il incombe alors d’avoir conscience qu’une grande partie des confinés n’avaient pas envie de retourner sur leur lieu de travail après le confinement.

Une autre coach, Samantha Clarke, indique que le meilleur moyen de se replonger dans la vie normale est de définir ce qui a été appréciable lors du confinement. Il s’agit de se rappeler comment nous nous sentions, ce que nous avons fait, notre état d’esprit, ou encore les relations sociales ayant perduré ou non.

Prendre des décisions si besoin

S’interroger sur sa vie actuelle et les décisions prises (ou à prendre) semble être un bon exercice. Peut-être que certaines choses présentes avant le confinement sont aujourd’hui indésirables ? Il peut par exemple s’agir de laisser tomber certaines relations, ou même un travail qui n’était pas fait pour nous. Par ailleurs, prendre une décision de ce type ne devrait pas susciter de culpabilité. Pour Fiona Harrold, il s’agit de passer à l’action rapidement après être certain de vouloir faire un choix.

Construire une nouvelle vie intégrant les points positifs du confinement passe par une volonté de fixer des limites. En somme, il s’agit de pouvoir dire non. Par exemple, dire non à une activité qui nous éloignerait de ce que l’on désire être. Il s’agit également de se poser la question de la nature de nos investissements personnels, en termes de temps mais aussi d’argent.