in

Pourquoi cette prothèse nouvelle génération pourrait-elle être une révolution ?

Crédits : Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne

Des chercheurs d’une université suisse ont mis au point une prothèse de membre qui dénote de celles existantes. En effet, cette dernière permettrait de ressentir où se trouve le membre artificiel sans avoir à le regarder !

Donner la sensation de proprioception

La proprioception (ou sensibilité profonde) est un terme désignant la perception – consciente ou non – de la position des différentes parties du corps. Cette sensation est rendue possible grâce aux récepteurs musculaires et ligamentaires, ainsi qu’aux voies et centres nerveux concernés.

Malheureusement, lorsque les personnes handicapées reçoivent une prothèse, le membre artificiel est souvent rejeté faute de sensations réelles incluant notamment la proprioception. Cela pourrait à l’avenir changer, et ce grâce aux travaux des chercheurs de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (Suisse). Ces derniers expliquent dans leur étude publiée dans la revue Science Robotics le 20 février 2019 travailler à la mise au point d’un dispositif permettant à son propriétaire de savoir où se trouvent les doigts de la prothèse et dans quelle position ces derniers se trouvent.

Crédits : École Polytechnique Fédérale de Lausanne

Un projet toujours en cours

Les chercheurs ont indiqué avoir déjà mis au point un prototype avec la collaboration de neurologues. Il faut savoir que la prothèse en question reprend un concept existant, à savoir l’envoi d’informations tactiles au cerveau via des électrodes placées dans les nerfs du bras. Ceci a pour effet de générer une rétroaction proprioceptive instantanée.

« Notre étude montre que la substitution sensorielle basée sur la stimulation intraneurale est capable de fournir à la fois un retour d’information de position et un retour tactile de manière simultanée et en temps réel. Le cerveau n’a aucun problème à combiner ces informations et les patients peuvent traiter les deux types en temps réel avec d’excellents résultats », a expliqué Silvestro Micera, participant aux recherches.

L’intéressé a également évoqué de bons résultats lors des premières phases de test. Le dispositif aurait déjà permis à deux personnes amputées de déterminer la taille et la forme de quatre objets avec un niveau de réussite en moyenne situé à 75,5 %. Cela démontre donc que les personnes amputées sont capables de traiter efficacement les informations tactiles – et de position – reçues simultanément via une stimulation intraneurale. Une révolution est donc peut-être en marche afin qu’un jour, plus aucune prothèse ne soit rejetée par son propriétaire !

Sources : EurekAlertSiècle Digital

Articles liés :

Les personnes amputées pourraient retrouver le toucher grâce à des nerfs artificiels intégrés aux prothèses

Un projet d’impression 3D de prothèses sur mesure porte ses fruits

Cette prothèse de main est capable de reconnaître les objets