in

Pourquoi certaines tiques se font pipi dessus ?

Crédits : CDC / William L. Nicholson

De nombreuses tiques se nourrissent de sang chaud, ce qui entraîne une augmentation de leur température corporelle. Pour la combattre, certaines ont développé un mécanisme de défense thermique original : se faire pipi dessus.

Chacun sa technique pour évacuer la chaleur corporelle : les humains transpirent, les chiens halètent, et les tiques s’urinent dessus, comme peuvent le faire parfois les vautours, les dindes ou les cigognes. C’est la conclusion d’une étude menée par des chercheurs de l’Université de Tours. Cependant, ces parasites n’urinent pas pour lutter contre la chaleur du soleil, mais pour se prémunir de celle dégagée par le sang dont ils se nourrissent.

De l’urine libérée par les pattes

Des études précédentes ont déjà montré que, pour abaisser leur température, certaines espèces d’arthropodes stimulent la production de protéines capables de lutter contre le stress thermique. Claudio Lazzari et son équipe, auteurs de ces travaux, ont récemment cherché à savoir si d’autres techniques étaient également à l’oeuvre.

Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs se sont tournés vers un type de tique sud-américaine, Ornithodoros rostratus. Ce petit arthropode est en effet connu pour se nourrir du sang d’un large éventail de mammifères, dont celui des humains.

Grâce à une caméra thermique, ils ont ainsi pu étudier la manière dont ces parasites se libéraient de leur chaleur alors qu’ils se nourrissaient du sang de souris en laboratoire.

Sans surprise, les chercheurs ont constaté que plus les tiques se nourrissaient, plus leur température corporelle augmentait. Plus surprenant en revanche, ils ont remarqué l’accumulation de grandes quantités de liquide sous le corps des parasites, sécrétées par des glandes spéciales situées près de la base de leurs pattes.

Après analyses, il est ressorti que ce liquide n’était autre que de l’urine. Peu de temps après cette miction, la température des tiques commençait alors à chuter, parfois jusqu’à 3 °C, rapporte l’équipe dans un article téléchargé sur le serveur de pré-impression BioRxiv. Notez que ces travaux n’ont pas encore été évalués par des pairs.

tiques
Une tique Ornithodoros. Crédits : Derell Licht

De l’urine pour transpirer

Il semble que l’étrange surface corporelle des tiques puisse jouer un rôle dans ce système de refroidissement.

Contrairement à la plupart des tiques, celles étudiées ici n’ont en effet pas de scutum dorsal en forme de plaque qui donne aux tiques familières leur forme plate. Au lieu de cela, ces “tiques molles” présentent une surface corporelle rugueuse, semblable à celle d’un raisin sec.

En déposant un liquide fluorescent sur le corps de ces tiques, les chercheurs ont alors constaté que le fluide ne se drainait pas, mais se répandait rapidement sur la surface grâce aux différentes forces capillaires.

Les biologistes pensent alors que la même chose se produit avec l’urine : elle se propage sur le corps de la tique, puis s’évapore. Elle permet ainsi d’abaisser rapidement la température corporelle, de la même manière que lorsque nous transpirons.

« Lorsque vous vous nourrissez de sang, vous essuyez l’une des transitions de température les plus rapides pour un organisme. Vous passez de 20 degrés Celsius à 34 degrés Celsius en 10 secondes environ », explique Joshua Benoit, physiologiste des insectes à l’Université de Cincinnati (États-Unis), qui n’a pas participé à l’étude. « C’est assez brutal. Les humains s’évanouiraient si nous nous réchauffions aussi rapidement ».

Ces tiques ont ainsi développé un moyen rapide de se rafraîchir pour contrecarrer ce réchauffement express de leur corps.