in

Pourquoi certaines personnes restent-elles minces, peu importe ce qu’elles mangent ?

Crédits : Pixabay.

On en connaît tous un, ou une, qui a un bon coup de fourchette et est capable de manger n’importe quoi sans prendre un seul gramme. Leur secret ? Ces personnes seraient avantagées sur le plan génétique.

Les problèmes d’obésité dans le monde occidental inquiètent de plus en plus en plus les autorités sanitaires. À l’échelle mondiale, le nombre de cas d’obésité aurait presque triplé depuis 1975, selon l’OMS. Dernièrement, le Fonds mondial de recherche contre le cancer (WCRF) nous rappelait de son côté que jusqu’à 40 % des cancers pourraient être évités si nous cessions de promouvoir la malbouffe. Les problèmes d’alimentation et le manque d’activité physique sont bien évidemment liés à ces tendances, mais la “carte génétique ” pourrait également jouer un rôle plus important que prévu.

Avantages génétiques

Des études antérieures se sont en effet déjà intéressées à la génétique des personnes en surpoids ou obèses. Cette nouvelle étude, en revanche, s’est intéressée de près au bagage bio-génétique des personnes minces. Et ces nouveaux résultats suggèrent effectivement qu’il manque, chez certaines personnes, certains gènes associés à l’obésité.

« Cette étude montre pour la première fois que les personnes minces et en bonne santé le sont généralement parce qu’elles ont moins de gènes qui augmentent les risques de surpoids, explique Sadaf Farooqi, de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni et principal auteur de l’étude publiée dans PLOS Genetics. Il est facile de juger et de critiquer les gens pour leur poids, mais la science montre que les choses sont beaucoup plus complexes. Nous avons beaucoup moins de contrôle sur notre poids que nous pourrions le penser ».

Dans le cadre de cette étude, l’équipe de Sadaf Farooqi a comparé l’ADN de 1 622 personnes ayant un faible indice de masse corporelle (IMC), avec celui de 1 985 personnes jugées gravement obèses et de 10 433 personnes ayant un poids jugé “normal”. Après avoir éliminé les facteurs susceptibles d’avoir une incidence significative sur leur poids, les chercheurs ont alors découvert que le “score de risque génétique” chez les personnes obèses était beaucoup plus faible chez les personnes minces.

obésité USA
Face à un bon hamburger bien gras, nous ne partons pas tous sur un même pied d’égalité (génétique). Crédits : PxHere

Cibler ces gènes pour éviter l’obésité 

En d’autres termes, les personnes minces ont généralement moins de variantes génétiques qui augmentent les risques de prendre du poids. Notons que cette étude isole ici un facteur supplémentaire. D’autres, comme l’alimentation et la propension à faire des exercices physiques, sont toujours en jeu et influent de manière très significative sur la prise de poids. Ce que dit cette étude, c’est que des facteurs génétiques jouent aussi un rôle déterminant. Selon votre ADN, votre corps ne réagira donc pas forcément de la même manière que celui d’un autre face à un hamburger bien gras.

Bien sûr, certaines personnes restent minces et en bonne santé parce qu’elles se nourrissent sainement, évitent les aliments gras et sucrés, et font de l’exercice. Autrement dit, de nombreuses personnes font les efforts nécessaires pour tenter de rester minces. Ce que proposent ici les chercheurs, c’est que certaines personnes sont simplement armées génétiquement pour manger ce qu’elles veulent sans jamais prendre de poids. Et forcément, il y a un intérêt clinique. « Si nous pouvons isoler les gènes qui les empêchent de prendre du poids, nous pourrons peut-être les cibler pour trouver de nouvelles stratégies de perte de poids et aider les personnes qui ne possèdent pas cet avantage », conclut le chercheur.

Source

Articles liés :

L’épidémie d’obésité aux États-Unis est un problème alarmant

L’obésité juvénile multipliée par 10 en 40 ans

Pourquoi les naissances par césarienne pourraient augmenter le risque d’obésité