in

Pour vous remettre d’une rupture, participez à une étude sur les ruptures

Crédits : geralt / Pixabay

Pour se remettre d’une rupture, participez à une étude sur les ruptures. C’est ce qu’ont découvert deux psychologues étasuniens, Grace Larson et David Sbarra.

Ils ont recruté 210 adultes récemment séparés qui ont été divisés en deux groupes puis suivis pendant neuf semaines. Un premier groupe devait effectuer un entretien de 45 minutes et remplir deux questionnaires sur leur relation amoureuse passée pendant la durée de l’étude. Le deuxième avait un régime plus soutenu, avec 4 séances, en passait trois heures et demie à discuter de leur relation sur la durée totale de l’étude.

Les résultats sont sans appel. Les sujets expérimentaux qui ont passé le plus de temps avec un chercheur semblent en avoir grandement bénéficié. Ils ont reporté se sentir moins seuls, et étaient moins susceptibles d’utiliser le mot « nous » quand ils évoquaient leur relation. Larson explique la signification de l’usage du mot « nous » dans le papier :

« Pour les gens qui ont subi une rupture récente, une façon dont la participation à la recherche peut améliorer l’ajustement est en les aidant à réorganiser leur sens de soi. Dans une relation romantique, l’identité personnelle […] est souvent formée par le ou la partenaire, et les deux partenaires voient typiquement leurs identités se mêler. Les ruptures sont associées à une perte de concept de soi, et la récupération d’un sens de soi indépendant prédit un bien-être psychologique accru après une rupture. »

Le résultat est amusant, mais au final assez attendu. Il est déjà admis que la thérapie par la parole est efficace dans beaucoup de cas, et tout particulièrement pour récupérer d’un évènement traumatisant. Ici, l’étude a agi comme une forme de thérapie, en permettant aux participants de réfléchir à l’échec de leur relation.

Nous savons donc où aller en cas de rupture : au labo de psycho plutôt qu’au bar.

Source : Social Psychological and Personality Science